Dernières nouvelles
Accueil » Economie et entreprise » Cités africaines et opportunités. Le classement de PwC

Cités africaines et opportunités. Le classement de PwC

«Nous avons cherché à savoir ce qui faisait d’une ville une « ville d’opportunité », en développant une liste de questions que les investisseurs devraient se poser avant de faire leur choix, et une liste de sujets sur lesquels les pouvoirs publics peuvent travailler pour améliorer leur compétitivité. Ce rapport examine la façon dont les villes performent au niveau régional comme international».

 

Pierre Antoine BaluCette analyse est de Pierre-Antoine Balu, associé PwC Afrique francophone. Elle est le résultat de la première édition de l’étude de PwC sur le potentiel actuel et futur de 20 villes africaines intitulée : «Cities of OpportunityAfrica». Pour obtenir une vision globale du potentiel de ces villes, quatre grands indicateurs ont été retenus par l’étude : l’économie, les infrastructures, le capital humain et la démographie. De cette analyse ressortent deux classements, l’un général portant sur le potentiel actuel des villes africaines, et l’autre se concentrant sur les «villes d’opportunités», au regard de leur potentiel futur. De vraies surprises émergent de ce point de vue original, qui souligne le dynamisme, la vision et les efforts réalisés par les villes pour se développer.

Dans le classement général, quatre villes nord-africaines sur cinq en Afrique sortent du lot. Ce sont : Le Caire, Tunis, Casablanca et Alger. Johannesburg est la seule à ne pas appartenir à cette région.

Méthodologie de PwC
PwC a étudié 20 villes africaines sur la base de 4 indicateurs, eux-mêmes reposant sur 29 variables, dont le détail est expliqué dans l’étude disponible sur : www.pwc.fr. Voici quelques exemples de variables : – Infrastructure : coût du logement, trafic des aéroports, débit internet, routes et transports publics, eau et électricité… – Capital humain : nombre de professionnels de santé et de lits d’hôpital, nombre de jeunes diplômés et taux d’alphabétisation… – Economie : croissance du PIB, facilité à faire des affaires, diversification du PIB, investissements directs étrangers, coefficient de Gini… – Société & Démographie : marché de la classe moyenne, croissance des villes moyennes, taux de criminalité, nombre d’événements internationaux, croissance de la population…
D’après le document de PwC, La prépondérance des villes nord-africaines dans ce peloton de tête va de soi si l’on considère le temps long. En effet, ces villes existent toutes depuis des centaines d’années : ce sont des métropoles matures, qui ont eu le temps de mettre en place des infrastructures, de fixer un cadre réglementaire et légal, et de constituer un écosystème socio-culturel au sein duquel les femmes et les hommes ont pu s’instruire, se cultiver. Johannesburg est la seule exception à ce modèle, puisque la création officielle de la ville remonte à 1886, mais elle a rapidement développé, pour des raisons politiques, l’ensemble des infrastructures et services comparables aux métropoles plus matures. « Développer des infrastructures efficaces et mettre en place des systèmes d’éducation et de santé de haut niveau sont deux étapes essentielles à la réussite économique. Un autre défi concerne la diversification du PIB: les villes en tête du classement ont diversifié leur économie, qui ne repose pas uniquement sur les matières premières », conseille Pierre-Antoine Balu. Cela étant, si les cités d’Afrique du Nord et Johannesburg se retrouvent en tête du classement général, celles d’Afrique anglophone – Dar es Salam, Lusaka, Nairobi, Lagos et Accra, se placent devant dans la recherche des «villes d’opportunités». Pour ce classement des «villes d’opportunités», PwC a concentré son analyse sur la croissance du PIB réel, la facilité de faire des affaires, l’attractivité pour les investissements étrangers, la croissance de la classe moyenne, et celle de la population.

Economie Pierre Antoine Balu PwC

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*