Dernières nouvelles
Accueil » Agribusiness » Côte d’Ivoire : les planteurs de cacao se frottent les mains

Côte d’Ivoire : les planteurs de cacao se frottent les mains

Récolte du cacaoLe prix minimum garanti aux producteurs de cacao pourrait connaître une augmentation la saison prochaine. Ce prix qui est actuellement de 750 francs CFA le kg, devrait passer à plus de 800 francs CFA. A l’origine de cette hausse, la vente de plus d’un million de tonnes de la matière première au terme du mois d’avril. Plus de 1,05 million de tonnes de cacao de contrats d’exportations ont été déjà enregistrés à la fin avril. Environ 35 % du cacao mondial est produit en Côte d’Ivoire : quelque 900 000 producteurs le cultivent, et sur les 22 millions d’habitants que compte le pays, 3,5 millions dépendent du cacao pour vivre. Cette nouvelle qui n’a pas encore été annoncée officielle a été bien accueillie par les planteurs. Cette augmentation des prix devrait leur permettre de réaliser des investissements, d’accroître la superficie de leurs terres, d’acheter de nouveaux champs et de mieux les entretenir en utilisant des engrais et des insecticides.

Le gouvernement espère que la hausse des prix encouragera les planteurs à améliorer la qualité souvent médiocre des fèves : désireux de vendre leur production au prix le plus élevé, les planteurs ne prennent pas le temps de faire sécher leurs fèves correctement.
Sous la pression de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI), la Côte d’Ivoire a initié des réformes dans le secteur du cacao au début de l’année 2012, l’objectif étant de réguler un secteur qui avait été libéralisé par les mêmes institutions 14 ans plus tôt.

Agriculture Banque mondiale cacao ivoirien FMI secteur agricole

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

error: