Dernières nouvelles
Accueil » Editorial » Encourager l’entreprenariat pour générer une croissance forte

Encourager l’entreprenariat pour générer une croissance forte

 

L’édition 2017 du rapport : « Perspectives économiques en Afrique », publiée le 22 mai 2017, dans le cadre des 52ème Assemblées annuelles du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) à Ahmedabad (Inde), réaffirme la place de l’industrialisation dans le développement du continent. Mais le rapport affine les idées force de cette orientation stratégique qui pose « le potentiel des entrepreneurs africains, (comme) un prérequis pour accélérer la transformation industrielle » de l’Afrique.

Les nouvelles stratégies d’industrialisation « doivent se montrer innovantes et s’appuyer sur les atouts des 54 pays du continent », souligne le document de la BAD. L’enjeu est de taille et se décline en apports estimables sur la période 2015-2030, non en potentiels dépendant de variables liées aux approches traditionnelles en cours depuis les indépendances.

Le désengagement de l’Etat doit être effectif dans des secteurs offrant aux entrepreneurs un réel potentiel de développement pour que se réalisent les grandes attentes comme l’accès de quelque 29 millions de personnes au travail en Afrique chaque année, entre 2015 et 2030, que 22 % de la population africaine en âge de travailler crée de nouvelles entreprises (taux le plus important dans le monde). L’hypothèse de travail la plus optimiste est que 44 % des entrepreneurs africains lancent leur entreprise pour saisir une opportunité sur le marché, alors que 33 % le font car ils ne peuvent pas trouver d’autre emploi.

Cette perspective économique rompt avec l’afropessimisme ambiant depuis la faillite des plans d’industrialisation de la fin du siècle dernier, et des politiques de libéralisation forcées. Elle tient compte des erreurs du passé et doit permettre d’exploiter les opportunités que recèle la « quatrième révolution industrielle », mais aussi de relever les défis de l’environnement économique mondial actuel.

Tout en mettant à profit le potentiel du secteur manufacturier, les stratégies d’industrialisation devraient surtout définir des moyens d’encourager un
entrepreneuriat à même de générer une croissance forte. La majorité des entrepreneurs en début de cycle opèrent dans des secteurs qui requièrent peu de qualifications et ne présentent que peu d’obstacles à l’entrée. Les entrepreneurs plus qualifiés et très motivés sont davantage susceptibles de se développer et de contribuer à cette nouvelle vague d’industrialisation que les autres.

Quelques exemples de politique industrielle récente, au Nigeria, au Maroc et en Afrique du Sud, confortent ces choix. Les pouvoirs publics ont réussi à attirer les IDE pour aider le secteur manufacturier à réduire sa dépendance à l’égard des facteurs de production importés, ainsi qu’à acquérir le savoir et l’expertise nécessaires aux entreprises du pays. L’objectif est de soutenir, par des aides ciblées, des centaines, voire des milliers d’entreprises, afin qu’elles puissent se développer et rejoindre le secteur formel. C’est le résultat de la diversification économique prônée en Afrique du Sud par les plans d’action pour la politique industrielle (Industrial Policy Action Plans) qui donnent la priorité à des industries à forte et moyenne valeur ajoutée et à des filières à forte intensité de main-d’œuvre, telles que l’agro-industrie, l’automobile, le textile et les énergies vertes. Pour que la croissance dans ces pays soit «moins dépendante des ressources naturelles» et de plus en plus «favorisée par l’amélioration de l’environnement des affaires et de la gouvernance macroéconomique».

A terme, une diversification structurelle plus importante doit améliorer la capacité du continent à résister aux chocs extérieurs.

Ainsi, la priorisation accrue de l’entrepreneuriat africain est plus qu’un choix. Elle rend importante la prévisibilité de l’action publique pour atténuer les déséquilibres externes, lorsque les fondamentaux macroéconomiques donnent des signes de faiblesse, avec une croissance du continent qui a marqué le pas en 2016, à 2.2 %, contre 3.4 % en 2015.

Entreprenariat

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

error: