Dernières nouvelles
Accueil » A la une » Symphos 2017 : L’économie des connaissances avant celles des matières premières

Symphos 2017 : L’économie des connaissances avant celles des matières premières

Du 8 au 10 mai, OCP Group a réuni un riche panel de scientifiques et d’entrepreneurs dans l’agriculture pour son symposium annuel destiné à l’innovation dans le domaine des phosphates. C’était l’occasion de faire prendre conscience de la nécessité de développer avant tout une économie de la connaissance pour que celle des matières premières profite davantage à l’Afrique.

OCP SYMPHOSComme pour les précédentes éditions, OCP Group a tenu à mettre les petits plats dans les grands lors du Symposium pour l’innovation et la technologie dans l’industrie des Phosphates (Symphos). Cet événement tenu du 8 au 10 mai a réuni des centaines de participants dont plusieurs scientifiques de haut niveau venus des quatre coins du monde.

Dès l’ouverture des travaux, les participants ont eu droit à un cours magistral sur l’importance d’innover dans la création de valeur, la croissance et par conséquent le développement. C’est le Pr. Seeram Ramakrishna, l’un des plus éminents chercheurs dans l’innovation, qui était aux commandes. Le scientifique singapourien a d’emblée pris exemple sur la fulgurante avancée de son pays qui a fondé son développement uniquement sur ses ressources humaines. En effet, au début des années 1960, Singapour n’était qu’un petit village de pêche. Le pays ne dispose ni de pétrole, ni d’aucune autre ressource naturelle. Il s’agit d’une presqu’île à peine plus grande que la presqu’île dakaroise et est peuplée de
5 millions d’habitants. C’est dire qu’elle n’est pas gâtée par la nature. Et pourtant, cinquante ans plus tard, Singapour fait pâlir de jalousie les plus grands pays occidentaux. La comparaison avec les pays africains relèverait même de l’utopie.

Seeram Ramakrishna qui a été de toutes les politiques d’innovation de son pays au cours des 15 dernières années, cite le revenu par tête d’habitant qui atteint 52.000 dollars US par an. Il y ajoute l’Indice de développement humain qui est de 0,925, le cinquième le plus élevé au niveau mondial, derrière la Norvège, l’Australie, la Suisse, et l’Allemagne. Et, il conclut par une autre statistique : plus de 2000 entreprises dans ce petit pays ont un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions de dollars US.

Tout ceci montre le dynamisme de Singapour qui est corrélé activement à la qualité de la formation et des ressources humaines. Quand beaucoup de pays africains se battent encore pour améliorer le taux d’alphabétisation, cette cité-Etat en est plutôt à donner une expérience internationale à la quasi-totalité de ses étudiants. Ainsi, 80% des 23.000 étudiants que comptent les universités du pays ont déjà bénéficié d’un séjour à l’étranger.

L’Afrique est donc invitée à s’inspirer de cette expérience pour enfin développer ses ressources humaines.

La mise en place de l’Université Mohammed VI Polytechnique qui est la tête de pont du Groupe OCP en matière de recherche et de développement entre justement dans cette logique. D’ailleurs, c’est ce lieu appelé à devenir un haut de l’innovation dans le domaine des phosphates et des fertilisants qui abritait cette rencontre. OCP Group a également choisi d’annoncer le lancement du master en “sciences et technologies des engrais”. Il intervient dans le cadre d’un partenariat entre L’Ecole des Sciences de l’Agriculture, des Fertilisants et de l’Environnement (ESAFE) à l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir et le Centre international de développement des engrais (IFDC), et en collaboration avec l’University of Georgia, l’Institut international de la nutrition des plantes (IPNI), et le Groupe OCP. L’objectif est de faire en sorte que le Maroc, mais également le continent dispose des hommes et des femmes nécessaires pour assurer son développement en commençant par ce secteur-clé qu’est l’agriculture.

Agriculture Développement Mines OCP

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

error: