Dernières nouvelles
Accueil » Economie et entreprise » UEMOA-CEMAC : La “battle” des deux sœurs francophones en 20 ans

UEMOA-CEMAC : La “battle” des deux sœurs francophones en 20 ans

Entre les pays d’Afrique centrale et d’Afrique de l’ouest se trouvant dans la zone franc, on se regarde toujours en chien de faïence. Non pas que les deux communautés économiques se prennent pour des frères ennemis, mais qu’elles se considèrent comme deux rivales devant perpétuellement se comparer l’une à l’autre. Si le PIB global de l’UEMOA est nettement plus important, cette zone a une population de 113 millions d’habitants contre 49 pour la CEMAC. De plus sa croissance démographique est nettement plus forte. Cela se répercute négativement sur le développement humain. Néanmoins, l’économie de l’Afrique de l’ouest est moins dépendante de l’industrie extractive, par conséquent elle est moins sujette à des variations.

Evidemment, beaucoup d’indicateurs permettent de les jauger l’une et l’autre, comme le produit intérieur brut et son corollaire, le revenu par tête d’habitant, les secteurs –clés de l’économie, etc. Le fait d’inscrire cette comparaison sur une durée de deux décennies apporte plus de perspectives.

D’abord concernant le PIB, celui de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) est passé de 18,5 à 49,4 milliards de dollars sur les 20 dernières années, de 1995 à 2015. Il a donc été multiplié par 2,67, ce qui est loin d’être négligeable. Cette croissance s’explique essentiellement par l’envolée des cours des matières premières d’extraction dont le sous-sol de l’Afrique centrale est très riche. Ainsi, c’est la Guinée équatoriale qui est partie de rien avec un PIB de 0,14 milliard de dollars à peine pour atteindre un niveau exceptionnel de 12,20 milliards de dollars US. Le pays a enchaîné une croissance à deux chiffres sur la décennie 2010 après le début de l’exploitation pétrolière. Le Tchad également a connu une évolution comparable puisque son PIB est passé de 1,45 milliard à plus de 10,8 milliards de dollars.

CEMAC Donnees chiffrees

CEMAC Données chiffrées

Le géant de la zone reste le Cameroun qui a tout de même réussi à multiplier son PIB par 3,25 pour atteindre 28,40 milliards de dollars. Le Gabon, quant à lui, multiplie par 4 la taille de son économie dans la période avec un PIB atteignant 14,20 milliards de dollars.

Dans le même temps, au niveau de l’Union économique et monétaire (UEMOA), le PIB a été multiplié par 3,39 en passant de 26,33 à 89,28 milliards de dollars. On constate que le match du PIB est largement remporté par l’Afrique de l’ouest, pourtant bien moins doté en ressources minières. Il n’empêche que c’est ce secteur de l’industrie extractive qui a joué le rôle le plus déterminant dans la croissance de l’UEMOA. C’est le cas notamment au Mali où le PIB a connu la croissance la plus forte dans toute la sous-région. On est passé de 2,46 à 12,70 milliards de dollars. Cette nette amélioration du revenu global du pays s’explique surtout par l’exploitation de l’or. Cela a également été le cas au Burkina Faso qui profite du métal jaune, mais aussi du coton pour faire passer son PIB de 2,38 à 10,70 milliards de dollars.

Données UEMOA

Données

Cependant, contrairement à l’Afrique centrale, dans l’UEMOA, les deux plus grosses économies ont freiné la croissance dans la zone. La Côte d’Ivoire a vu son PIB multiplier par 2,88 pour atteindre 31,70 milliards de dollars continuant à dépasser celle du Cameroun, la première économie de la CEMAC. Dans le même temps, le Sénégal avec ses 13,7 milliards de dollars s’est pratiquement vu rattraper par le Mali et le Burkina Faso en matière de PIB, parce que sur les 20 dernières années sa croissance a été beaucoup moins forte. Néanmoins, tout ne tient pas seulement dans le PIB. Il y a également la question de la croissance démographique. Parce qu’il ne s’agit pas seulement de créer de la richesse, mais il faut aussi penser aux nombres de personnes qui sont censées la partager. Ainsi, en Afrique de l’ouest, la population augmente vite, bien trop vite si l’on sait qu’elle a été multipliée par 1,81 sur la période 1995-2015. En matière de limitation des naissances, l’Afrique centrale fait à peine mieux que sa sœur de l’ouest, puisqu’elle a vu ses habitants multiplier par 1,74 sur cette même période. Aujourd’hui, le PIB par habitant dans la zone CEMAC est à 1535 dollars, alors que dans la zone UEMOA, elle n’est qu’à 733 dollars. C’est dire que l’UEMOA a encore beaucoup à faire pour réduire l’écart. Et d’ailleurs cela se ressent dans l’Indice de développement humain qui au final est le meilleur indicateur du niveau de vie des populations. Si la CEMAC se présente avec un IDH moyen de 0,519, l’UEMOA n’a que 0,437 de moyenne, ce qui la situe à un niveau de développement humain proche de celui du Mali. Il faut néanmoins signaler que c’est en Afrique centrale que l’on retrouve les inégalités les plus marquées entre Etats. Puisque le Gabon présente un IDH supérieur à celui du Maroc à 0,684 point, alors que la République centrafricaine n’est qu’à 0,350 un niveau proche de celui du Vietnam. 

UEMOA

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*