fbpx

Afrique : Contipharma commercialise un test salivaire-PCR qui détecte le variant Omicron du SARS-CoV-2

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Il s’agit du seul test salivaire-PCR disponible en Afrique et d’un des seuls de ce type au niveau mondial. 
Développé par l’Université de Liège en Belgique, il s’agit du seul test de ce type disponible sur le continent africain ; de premiers contrats ont été signés avec la République Démocratique du Congo, le Burundi et le Soudan.

Contipharma, société spécialisée dans le développement et la commercialisation de solutions médicales adaptées, annonce aujourd’hui la mise à disposition sur la totalité du continent africain d’un test salivaire-PCR développé par l’Université de Liège (Belgique) marqué CE, capable de détecter tous les variants connus du virus SARS-CoV-2, dont le variant Omicron. «Il s’agit du seul test salivaire-PCR disponible en Afrique et d’un des seuls de ce type au niveau mondial », indique le laboratoire liégeois.

La collaboration entre Contipharma et l’Université de Liège date de début 2021. Le laboratoire Covid-19 de l’Université de Liège (ULiège) a développé un kit d’auto-prélèvement salivaire qui permet non seulement aux personnes de se prélever elles-mêmes, ce qui épargne le personnel médical, mais aussi d’inactiver le virus dès le prélèvement, permettant d’éviter l’étape d’inactivation virale en laboratoire et de gagner du temps et de l’argent.

«Il est maintenant démontré par de nombreux groupes de recherche que le prélèvement salivaire est aussi, voire plus efficace que le prélèvement naso-pharyngé pour mettre en évidence le virus SARS-CoV-2. Il a même été montré que le contrôle de l’épidémie est plus efficace si le prélèvement salivaire est utilisé plutôt que le prélèvement naso-pharyngé », souligne Bernard Delhez, CEO de Contipharma.

Pour détecter correctement les différents variants, il faut que les procédures de prélèvement, d’inactivation virale, d’extraction du matériel génétique viral et de PCR soient optimisées. Dans ce cadre, les procédures d’inactivation et d’extraction développées par l’ULiège, et qui ont été validées et utilisées de manière massive sur la plateforme nationale belge de testing, ont montré leur aptitude à extraire des ARN de très grande qualité. Par ailleurs, les réactifs de PCR utilisés dans la procédure de l’ULiège, laquelle cible plusieurs gènes plutôt qu’un seul, mettent en jeu des amorces choisies de telle sorte que tous les variants actuellement connus du virus SARS-CoV-2 soient reconnus et mis en évidence.

«Aucun variant connu, y compris le variant Omicron qui se développe actuellement en Afrique, n’échappe à cette procédure basée sur un prélèvement salivaire suivi d’une PCR à plusieurs cibles. Depuis l’arrivée du Covid-19, Contipharma a fourni du matériel médical ainsi que des tests rapides sérologiques et antigéniques. Ce test salivaire-PCR s’intègre parfaitement dans la panoplie et la mission de notre entreprise », ajoute Bernard Delhez.

Contipharma a d’ores et déjà signé de premiers contrats pour fournir ces tests en République Démocratique du Congo, au Burundi et au Soudan. La société se concentre actuellement sur le lancement commercial en Afrique, mais envisage également à brève échéance une commercialisation dans d’autres régions du monde. 
Selon une récente évaluation de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) (https://bit.ly/3DRbtsI), seulement 14,2 % des infections par la Covid-19 sont détectées en Afrique, ce qui équivaut à une personne infectée sur sept. Or, Le prélèvement salivaire offre des avantages logistiques pour une sensibilité similaire aux prélèvements naso-pharyngés. Il permet également de détecter les patients infectés pendant une période plus longue qu’avec un prélèvement naso-pharyngé.

Partager.

Répondre