fbpx

L’Afrique face au terrorisme

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Donner l’éveil s’avérera sans nul doute une tâche laborieuse.

Le visage du monde est en train de subir une mutation et les chefs d’Etats africains peu ou prou ne s’en rendent pas compte. Pas plus qu’un seul, de leurs ribambelles de conseillers, dont ils sont souvent entourés, non plus, n’appréhende le phénomène terrifiant qui se passe sous leurs yeux. La bande sahélo-saharienne qui s’étend d’Est en Ouest du continent du Maghreb arabe à l’archipel de Zanzibar est en proie à la menace terroriste. D’ailleurs, il ne s’agit plus simplement de menace, mais d’une réalité de plus en plus cuisante. L’un des derniers retentissements de cette triste réalité est l’intolérable action menée par la secte Boko Haram qui occupe le Nord du Nigeria. On la prenait, il y a encore deux ou trois ans, comme un groupe isolé commettant des forfaits ça et là, et d’un moment à l’autre. Les dirigeants nigérians pensaient avoir à faire à un épiphénomène pareil à ceux dont ils ont l’habitude d’observer dans les Etats du Sud et dans le Delta du Niger.

« CONCERNANT BOKO HARAM,
Les dirigeants nigérians pensaient avoir à faire à un épiphénomène pareil à ceux dont ils ont l’habitude d’observer dans les Etat s du Sud et dans le Delta du Niger. »

Il est certains que les populations frustrées du Deltaqui voient la manne du pétrole leur passer sous le nez, mènent des attaques sporadiques et perpètrent des enlèvements. Pourtant, cela n’a jamais dépassé des actions isolées lesquelles finissaient toujours par revenir à de meilleurs sentiments après le paiement d’une rançon. BokoHaram a pris goût au jeu et commence même à se prendre au sérieux. Un sérieux morbide certes, mais un sérieux tout de même. L’organisation terroriste, la plus dangereuse du continent, et peut-être, l’une des plus dangereuses du monde, commence à rêver Etat, nation de l’islam. Ils sont convaincus qu’un jour, ils auront une certaine indépendance, sans savoir comment. Et pour le moment, pour être visible sur la scène internationale, l’unique option est le terrorisme. Boko Haram n’est pas isolé puisqu’il y a beaucoup d’autres organisations sur le continent qui pensent qu’un jour ce fameux Etat islamique guidé par la charia verra le jour. Le Mali a déjà fait l’expérience du Mujao et la Somalie a connu et continue de connaître les Shabab qui perturbent jusqu’au Kenya. Et que l’on ne se trompe pas d’ennemis, ces organisations sont pour la plupart du temps manipulées et soutenues par des Etats comme le Qatar… pour des raisons de grandeur ou d’idéologie.

Face à une situation d’une telle gravité, il appartient aux dirigeants africains d’adopter une attitude ferme et courageuse à l’égard des organisations dont nul ne peut contester le caractère ô combien périlleux et qui nourrissent l’ambition funeste de bâtir des Etats d’un autre âge, basés sur l’intolérance et l’attachement aveugle à la violence. Ce que veulent les jihadistes ce n’est pas de faire adhérer les populations à leur idéologie. Ils savent qu’ils ne l’auront jamais. Ils cherchent juste à avoir en face des Etats aussi faibles que ne l’a été le Mali il y a un peu plus d’une année ou que ne l’est le Nigéria actuellement. Et ce premier objectif est bel et bien atteint. Pendant ce temps, nos dirigeants se distinguent par leur manque d’initiatives et de cohésion pour venir à bout du terrorisme.

Partager.

Répondre