fbpx

Algérie : Pour les fonctionnaires, le Père Noël est bien passé !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le gouvernement algérien a décidé une revalorisation générale des salaires des fonctionnaires à partir de janvier 2023. Ce n’est pas une surprise tant les caisses de l’Etat sont pleines grâce aux rentrées exceptionnelles de revenus pétroliers et du gaz.

Étalée sur une année, la décision concerne les salaires des fonctionnaires, les pensions de retraite ainsi que l’allocation chômage destinée aux jeunes.

La valeur des augmentations, oscillant entre 14 dollars et 90 dollars, a été annoncée dimanche 25 décembre dans la soirée à l’issue de la réunion du Conseil des ministres.

La première décision a concerné les salariés de la fonction publique qui auront droit à une majoration de 47% de leur rémunération, cumulée entre 2022, 2023 et 2024. Les augmentations dont ils bénéficieront s’élèvent à 4.500 dinars algérien (31 dollars) et 8.500 dinars (61 dollars), selon les catégories. Actuellement, le salaire moyen dans la fonction publique est de 40.000 dinars (290 dollars), alors que le Smig (salaire minimum garanti) est de 20.000 dinars (145,43 dollars). Par comparaison, le Smig (mensuel) au Maroc est à 285 dollars. Selon le ministre algérien du Travail, certaines catégories de fonctionnaires, à l’image des enseignants, gagneront, à la faveur de cette décision, jusqu’à 13.000 dinars (94 dollars).

L’autre catégorie concernée par la décision du Conseil des ministres est celle des retraités. Le gouvernement a décidé de revoir à la hausse le seuil minimum de la pension de retraite à 15.000 dinars (109 dollars) pour ceux qui percevaient une pension inférieure à 10.000 dinars (72 dollars) et à 20.000 dinars (145 dollars) pour ceux qui percevaient une pension de 15.000 dinars (109 dollars), pour l’harmoniser avec le seuil minimum des salaires qui a lui aussi augmenté de 18 000 DA (130 dollars) à 20 000 DA (145,43 dollars) depuis 2021.

La troisième et dernière catégorie touchée par ces augmentations est celle des jeunes chômeurs. Ces derniers verront leur allocation, créée en 2021, augmenter d’environ 14 dollars pour passer de 13.000 dinars (94 dollars) à 15 000 dinars (109 dollars). Cette allocation est, a précisé le communiqué du conseil des ministres, nette d’impôts et les bénéficiaires auront, en plus, une prise en charge par l’Etat des charges de l’assurance-maladie.

 

Partager.

Un commentaire

  1. Rémi Solfado le

    il y a juste une précision : En Algérie, les prix des prooduits de première nécessité ( Farine, semoule, sucre, huile,lait ) ainsi que l’électricité, le gaz, l’eau, les carburants sont subventionnés par l’État et sont cédés à des prix ridiculement bas aux citoyens, d’où l’explication du smig algérien bas par rapport au Maroc.

Répondre