fbpx

Banque mondiale. Marie-Françoise Marie-Nelly au Maroc pour faire du terrain

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La nouvelle Directrice du Département Maghreb et Malte à la Banque mondiale a effectué une visite terrain au Maroc, fin août, afin de s’enquérir de l’action de l’institution internationale dans le pays et de faire le point sur certains projets de développement en phase de réalisation.

Marie-Françoise Marie-NellyEn matière de développement et de lutte contre la précarité, le succès des projets supportés par les institutions financières internationales n’est jamais acquis. Dès lors, un contact fréquent avec les populations cibles se révèlent important. « Je ne risque pas d’apprendre grand chose sur le Maroc (…) en restant assise derrière mon bureau toute la journée », a déclaré Marie-Françoise Marie-Nelly, la nouvelle Directrice du Département Maghreb et Malte à la Banque mondiale.

La responsable répondait favorablement à une invitation du REMESS (Réseau marocain de l’économie sociale et solidaire). Ce réseau regroupe des associations marocaines qui aident des populations marginalisées telles que les femmes n’ayant pas reçu d’éducation, les jeunes et les immigrés à s’intégrer dans le tissu socio-économique du pays. Le REMESS collabore avec des coopératives, des centres de formation et d’autres initiatives locales dans le Royaume pour bâtir des réseaux et fournir des formations afin de renforcer les capacités d’influence de ces initiatives au sein de la société.

Pour le fondateur du réseau, Abdeljalil Cherkaoui, « l’un de nos objectifs est d’aider des organisations telles que la Banque mondiale à entendre ce que les gens disent sur le terrain concernant les obstacles au développement ainsi que sur l’efficacité des politiques mises en œuvre, lesquelles sont bien souvent décidées de manière très centralisée ». La problématique des obstacles au développement étant transversale à toute la région du Maghreb. La responsable de la Banque mondiale a profité de l’invitation pour rendre visite à des initiatives que son institution supporte. Elle a, notamment, visité une coopérative de femmes employées de maison qui a vocation d’établir des normes de qualité et défendre leurs droits.

Mme Marie-Nelly a aussi partagé avec les membres de la coopérative et du REMESS un certain nombre d’exemples de réussites tirés de ses expériences passées en Afrique subsaharienne. Elle leur a ainsi parlé de projets qui ont aidé des travailleurs non-qualifiés à renforcer leurs compétences, ce qui leur a donné l’opportunité de se reconvertir dans des secteurs à plus haute valeur ajoutée, tels que les nouvelles technologies et la maintenance. « Nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres (…) et que nous pouvons contribuer à généraliser à grande échelle les projets qui fonctionnent bien au niveau local, et ainsi bâtir un modèle de développement innovant, susceptible de constituer une source d’espoir, surtout pour les jeunes, qui cherchent par tous les moyens à mobiliser l’énergie et la créativité dont ils débordent », a-t-elle conclut auprès de ses hôtes.

Partager.

Répondre