fbpx

Burundi : 172 millions de dollars pour moderniser l’aéroport international Melchior Ndadaye

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Entre autres travaux prévus figurent l’extension de la piste d’atterrissage, la tour de contrôle, le tarmac, les voies de service ainsi que le terminal.

«Les études de faisabilité sont déjà terminées. Le montant de 172 millions de dollars US est le coût de tous les travaux programmés», a confié à la presse, ce 3 janvier 2022, l’ambassadeur Joël Nkurabagaya, directeur de l’Autorité de l’aviation civile du Burundi. 
Le projet de modernisation et d’extension de cet aéroport, pour le mettre aux standards internationaux de l’aviation civile, avait été approuvé par le gouvernement en 2017. Son exécution est confiée “au grand partenaire” qu’est la Chine. 
En effet, Gitega compte recourir à un crédit concessionnaire à taux préférentiel moyennant une assistance technique offerte par une entreprise chinoise, China Communications Constructions Company Ltd.(CCCC). 
Le gouvernement burundais compte encore sur une assistance financière offerte par la République Populaire de Chine, à travers la Convention de financement à signer avec EXIM Bank. En janvier 2020, lors de la visite du ministre chinois des Relations extérieures, Wang Yi, le Chef de la diplomatie burundaise de l’époque, Ezéchiel Nibigira, a déclaré : «Le gouvernement du Burundi vient de bénéficier d’un financement par un don pour la construction/réhabilitation de la piste d’atterrissage et de la tour de contrôle de l’aéroport international Melchior Ndadaye.» 
S’exprimant lors d’un point de presse, il a précisé que le financement du terminal était à renégocier. 
Selon les autorités aéroportuaires, les travaux consisteront à réhabiliter l’aire de mouvement (piste, voies de circulation et parking avions), construire et équiper une nouvelle tour de contrôle et un nouveau terminal pour les passagers. 
Pour rappel, du 5 au 14 novembre 2019, l’Organisation internationale de l’aviation civile (OACI) a réalisé un audit de sécurité de l’aéroport International Melchior Ndadaye qui a été couronné de succès une note de 46 %. Soit une progression de 20% par rapport à celui de 2018.

Un projet salutaire

Ce projet de modernisation et d’extension de cet aéroport est une bonne nouvelle pour les usagers. En effet, selon le communiqué du gouvernement, diffusé après l’approbation du projet, l’aéroport connaît des défis liés notamment à l’accroissement du trafic et aux exigences de sécurité et de sûreté. Les infrastructures, les installations et les équipements aéroportuaires actuels «ne sont plus en adéquation avec les standards internationaux, tels que recommandés par l’Organisation internationale de l’aviation civile. D’après les données officielles, au cours de ces deux dernières décennies, le trafic aérien à l’aéroport international de Bujumbura s’est accru dans des proportions significatives de 60.000 passagers en 2001 à 240.000 en 2014.
Baptisé Melchior Ndadaye depuis le 1er juillet 2019, l’aéroport International de Bujumbura est la seule plateforme internationale du pays. Dotée d’une piste de 3600m, la plateforme est desservie par une dizaine de compagnies aériennes dont Brussels Airlines, Ethiopian Airlines, Kenya Airways, RwandAir, Air Tanzania et Uganda Airlines. 
Construit à l’époque coloniale vers les années 1954, il n’avait jamais subi des réhabilitations profondes, sauf la piste d’aviation passée de 2400m à 3600m dans les années 1983 et la construction d’un terminal d’une capacité de 250 mille passagers par an.

 

Partager.

Répondre