fbpx

Gabon :  Dissolution du ministère des Travaux publics !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Après plusieurs observations concernant les lenteurs dans l’exécution de travaux de réhabilitation du réseau routier gabonais, le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba a tranché dans le vif. Il a dissous le ministère des Travaux publics et limogé au passage le titulaire du poste. Cette décision se veut par ailleurs un avertissement à tous les membres du gouvernement. 

Le président Ali Bongo Ondimba a frappé les esprits hier lundi 12 septembre, en décidant de dissoudre tout simplement le ministère des Travaux publics et de l’Equipement pour insuffisance de résultat et manque d’efficacité. C’est la Première ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, qui s’est chargée de révéler l’information dans un communiqué.

«La décision du chef de l’Etat est consécutive aux très nombreuses récriminations des populations, concernant la dégradation des voiries urbaines du pays. Le président de la République exprime sa colère par rapport aux lenteurs, constamment observées et dénoncées par lui, dans la réhabilitation du réseau routier national », a déclaré la Première ministre. Mais cette décision spectaculaire de son patron, se veut aussi un avertissement à l’ensemble du gouvernement.

Ainsi, il est créé, au sein de la primature, un département en charge des Travaux publics, de l’Équipement et des Infrastructures. Le personnel du ministère dissout est mis à la disposition de la primature.

Cette décision intervient après plusieurs descentes d’Ali Bongo Ondimba sur le terrain, en vue d’évaluer l’état d’avancement des chantiers routiers engagés dans la capitale. Le chef de l’Etat avait relevé des anomalies dans certains projets et avait instruit le gouvernement à l’effet d’accélérer le rythme des travaux et de procéder aux ajustements nécessaires. 

Plusieurs axes routiers de la capitale sont actuellement en travaux dans le cadre du projet de réhabilitation des voiries du Grand Libreville dont le boulevard triomphal. Lancés en mars 2021, ils devraient être livrés depuis plusieurs mois.

Partager.

Un commentaire

  1. Patrick Messeng Mba le

    Cela peut être une tromperie. Vous devez vous demander pourquoi l’a-t-il nommé en premier lieu? Oh! Ont-ils fait des vérifications nécessaires? Ou ont-ils simplement nommé des personnes (yes men) qui sont d’accord avec le système et avec la corruption systémique qui peut encore avoir lieu dans ce gouvernement. Néanmoins, cela ne dépeint qu’un très mauvais discernement de la part du président. Comment pouvez-vous placer quelqu’un dans une telle position de leadership et le congédier le lendemain sans consultation, sans chercher à savoir ce qui ne va pas dans son ministère? A-t-il même pensé à l’effet une telle décision peut avoir sur son leadership en tant que président?

    Les projets d’infrastructure, même au niveau local, peuvent être complexes (bureaucraties, corruption, etc.), surtout s’il n’y a pas de contrôle interne efficace et indépendant sur les ressources financières allouées aux différentes tâches des projets. Et si oui ou non les opérations sur les sites correspondent à ces ressources financières pour achever ou répondre aux exigences de ces travaux publics et ces projets d’infrastructure. Lorsqu’un audit indépendant a été mis à la disposition du publique et de manière transparente, soulignant des preuves de corruption, de mauvaise gestion, d’incompétence, etc., ce n’est qu’alors que des actions ou des mesures aussi drastiques sont prises et justifient donc l’action du président. Dans le cas contraire tout ceci n’est rien d’autre qu’un manque de leadership et un refus absolu de rendre des comptes à qui que ce soit.

Répondre