fbpx

Guinée : La politique générale rendue officielle

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Premier ministre a effectué sa Déclaration de politique générale ( DPG ) face au Conseil national de la transition (CNT) : 400 milliards de franc guinéen seront mobilisés pour les élections prévues dans deux ans.

Dans son discours, Dr. Bernard Goumou, Premier ministre de Guinée a souligné l’importance de la complémentarité avec l’organe législatif dans l’accomplissement de leurs missions respectives. Il a indiqué que la Guinée a enregistré un taux de croissance de 4,9% en 2021 et 5,2% en 2022 : Une performance supérieure à la moyenne de la sous-région qui est de 3,6%.

Le chef du gouvernement conduira ses actions autours de cinq axes majeurs : l’institutionnel, l’économie, le social, les infrastructures et les réformes politiques.

Il s’est engagé, avec son gouvernement, à travailler dur pour atteindre les objectifs, tels que la refondation de l’Etat, la préservation des valeurs républicaines, la réconciliation du peuple et la mise en place de bases pour un développement durable. Enfin, il a affirmé qu’il était convaincu que, grâce à la collaboration de tous, il était possible de réaliser les progrès nécessaires pour construire un avenir meilleur.

Le gouvernement de transition prévoit d’atteindre une croissance économique de 5,7% du PIB en 2023. La Déclaration de politique générale sera évaluée via un programme de référence intérimaire (PRI) qui fera l’évaluation des actions posées.

Insistant sur le retour à l’ordre constitutionnel pour des élections réussies dans tout le pays, Dr. Bernard Goumou, a situé que son gouvernement prévoit de stabiliser le taux d’inflation à 10,3% en 2023 et le maintenir aussi à 9,3% en 2024.

Dans le budget national de développement, 44% du montant sera consacré aux dépenses d’investissement, dont plus de 400 milliards de francs guinéens (47,05 millions de dollars) pour organiser les élections tant attendues par tous. 

Au sujet des dépenses, il dira que son action sera traduite ainsi : «Les dépenses totales qui se situeront à 36 050 milliards de Francs guinéens en 2023 dont 15 285 milliards en dépense d’investissement, soit 44%. Pour la mise en œuvre du chronogramme de la transition, 97 milliards seront affectés au recensement général de la population et 400 milliards à la préparation des élections. Exceptionnellement, 130 milliards seront affectés à l’assainissement et 1 200 milliards aux services déconcentrés. Le déficit budgétaire s’établira autour de 4% du PIB pour les deux prochaines années permettant ainsi de dégager un espace budgétaire en vue du financement soutenable de nos politiques sociales et infrastructurelles» 

Et d’ajouter que le déficit sera financé par les emprunts à taux concessionnels, afin de contenir l’endettement public à un niveau soutenable pour l’Etat et pour l’économie (préserver des taux d’intérêt faibles pour les investissements privés).

À partir de cette DPG, on peut dire que la transition est désormais lancée. Le temps nous dira car l’arène politique est désormais à l’affût !

 

Partager.

Répondre