fbpx

L’or connaît des signes de désamour sur le marché

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le métal jaune serait-il en train de perdre son statut de valeur refuge ? Les marchés financiers sont plus volatils que jamais, la récession menace en Allemagne, et l’issue de la guerre en Ukraine toujours plus lointaine.

Ce tableau devrait théoriquement propulser les cours de l’or au sommet, mais c’est une trajectoire inverse que l’on observe sur l’once. Après un bond à plus de 2.000 dollars au début de l’invasion russe en Ukraine fin février 2022, elle n’a cessé de reculer jusqu’à atteindre 1.600 dollars actuellement, soit une baisse de plus de 20%, seuil d’entrée dans un «marché baissier» selon le jargon des professionnels du marché. 
Les pays africains producteurs d’or (Afrique du Sud, Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Mauritanie etc) observent avec inquiétude ce décrochage du métal jaune. Car elle signifie baisse des ressources budgétaires à un moment où les gouvernements tentent de contenir l’effet de l’inflation sur le pouvoir d’achat des ménages éprouvés par la hausse des prix des biens de consommation courante.

Une explication : La forte demande du dollar

Si l’or ne profite pas de la montée des incertitudes, c’est avant tout parce qu’il subit de plein fouet le durcissement des politiques monétaires mondiales et le renforcement du dollar, expliquent les analystes de la banque néerlandaise ING. «La hausse des taux d’intérêt et la flambée du dollar pèsent lourdement sur le statut de valeur refuge de l’or», confirment les économistes de la banque dans une note de synthèse. Comme l’or est libellé en dollar, les achats à l’extérieur des Etats-Unis se renchérissent dès que le billet vert se renforce. La demande en Chine et en Inde, deux grands marchés de l’or, est instantanément freinée.

Par ailleurs, les traders regardent davantage ce qui se passe avec l’indice du dollar. Le fait est que le billet vert flambe, et cela fait perdre de l’éclat à l’or.

Calculé à partir de l’évolution du dollar contre les devises de ses principaux partenaires commerciaux, l’indice du dollar est à son plus haut niveau depuis vingt ans. Le billet vert est soutenu par le tour de vis monétaire donné par la Fed dans sa lutte contre l’inflation. La banque centrale américaine a encore relevé ses taux de 75 points de base, les portant à 3,25 %. La hausse des taux est la deuxième raison du désamour des investisseurs pour l’or. Le métal précieux ne rapporte ni intérêt, ni dividende. Il est donc très recherché quand les taux des emprunts d’Etat sont bas.

Partager.

Répondre