fbpx

RDC : Le Rwanda est le principal sponsor du M23, accuse l’ONU

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les experts mandatés par l’ONU pour enquêter sur les soupçons pesant sur Kigali d’être derrière la résurgence du M23, mouvement de rébellion conduit par des tutsis congolais ont ouvertement accusé le Rwanda d’armer et de soutenir cette rébellion.

C’est la fin d’un secret de Polichinelle. Dans leur rapport dont des extraits ont fuité jeudi 4 août, ces experts affirment que l’armée rwandaise est intervenue dans l’Est de la RDC contre des groupes armés, mais aussi en soutien à d’autres groupes rebelles comme le Mouvement du 23 mars (M23), malgré des dénégations du pouvoir de Kigali. Kagamé ne peut plus cacher le soleil.

Le rapport transmis au Conseil de sécurité de l’ONU révèle que les troupes rwandaises ont également « fourni des renforts de troupes au M23 pour des opérations spécifiques, en particulier lorsque celles-ci visaient à s’emparer de villes et de zones stratégiques ». Lors de la prise de la ville de Bunagana, dans le Nord-Kivu, le 13 juin dernier, des images de drones fournies par la Monusco, des vidéos et photos amateurs et des témoins oculaires ont fait état de la présence des forces armées rwandaises et/ou du transfert de leurs équipements au M23 dans cette ville proche de la frontière ougandaise la veille et le jour de l’attaque.

Les experts mandatés par l’ONU ont d’autre part, révélé que « le M23 et l’armée rwandaise ont conjointement attaqué le camp des forces armées congolaises à Rumangabo », précisant que des colonnes rwandaises de 900 à 1000 hommes « ont coupé la Route nationale 12 pendant des jours et attaqué, puis délogé les forces congolaises de leurs positions ».

En réaction à la publication du rapport d’experts de l’ONU, la porte-parole du gouvernement rwandais, Yolande Makolo, a dénoncé de « fausses allégations » contenues dans un rapport « non publié et non validé », notant que le M23 est un problème strictement congolais. Les Etats-Unis, qui ont longtemps soutenu aveuglément le pouvoir rwandais, commencent à prendre des distances face à un allié dont le rôle déstabilisateur de la région des Grands-Lacs est aujourd’hui avéré. Fait rare, un groupe de sénateurs américains demandent de suspendre l’aide financière au Rwanda.

Partager.

Répondre