fbpx

Transition énergétique : L’Afrique du Sud a besoin de 90 milliards de dollars [Présidence ]

Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’Afrique du Sud a besoin de 1,5 billion de rands (près de 90 milliards de dollars) pour assurer sa transition énergétique et limiter sa dépendance aux énergies fossiles, a indiqué mardi 15 novembre le porte-parole de la Présidence sud-africaine, Vincent Magwenya (photo ).

«Au moment où le plan d’investissement pour une transition énergétique juste commence à décoller en Afrique du Sud, le pays aura besoin de 1,5 billion de rands au cours des 5 prochaines années», a déclaré M. Magwenya dans un point de presse à Pretoria.

Il a ajouté que la crise énergétique qui continue d’avoir des répercussions lourdes sur l’économie du pays, fait l’objet d’une attention urgente de la part du gouvernement.

«Depuis le sommet des Nations Unies sur le changement climatique l’année dernière à Glasgow, 10,7 milliards de rands (près de 600 millions de dollars) ont été reçus en prêts à faible taux d’intérêt de l’Allemagne et de la France», a-t-il poursuivi.

Il a rappelé dans ce sens que la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Union européenne ont promis 8,5 milliards de dollars pour soutenir la transition juste en Afrique du Sud.

En revanche, M. Magwenya a souligné qu’alors que le pays accueille favorablement les prêts à faible taux d’intérêt ou les prêts conventionnels, une partie substantielle de ces prêts doit être sous forme de subventions.

L’Afrique du Sud est le 12e émetteur mondial de gaz à effet de serre, l’énergie éolienne et solaire ne représentant actuellement qu’environ 6% de son approvisionnement.

Le pays a été classé récemment 110 sur 115 pays dans l’indice de transition énergétique (ETI) du Forum économique mondial (WEF), reflétant la lenteur des progrès vers un système énergétique durable et abordable.

Par ailleurs, l’Afrique du Sud fait face à une crise énergétique étouffante incarnée par des coupures d’électricité récurrentes depuis plus d’une décennie. Pour cause, le manque d’entretien et d’investissement dans ses centrales à charbon vieillissantes.

Partager.

Répondre