fbpx

Burkina Faso : Des experts se penchent sur la transition énergétique réussie en Afrique de l’Ouest

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le ministre burkinabè de l’Energie, Bachir Ismaël Ouedraogo a présidé, ce jeudi 8 octobre 2020 à Ouagadougou, l’ouverture des travaux de la 4e édition de la Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique (SEERA) portant sur le thème : «Intégration régionale pour une transition énergétique réussie.»

La Chine est l’invitée d’honneur de cette 4e édition. 

tinmar 970

 

Initiée depuis 2016, la Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique (SEERA) est une des initiatives adoptées par le ministère burkinabè de l’Energie en collaboration avec ses partenaires, pour diffuser les connaissances et des informations utiles à la compréhension et à la promotion des énergies  et énergies renouvelables  au Burkina Faso en particulier et en Afrique en général.

Pour le ministre de l’Energie, Bachir Ismaël Ouedraogo, il était important pour le Burkina Faso de tenir cette édition au vu des enjeux qu’elle renferme : « Malgré le covid-19, nous devions nous retrouver pour faire le point sur nos différentes réalisations ainsi que nos acquis en matière d’énergie solaire pour mieux se projeter dans l’avenir et atteindre notre objectif qui est l’accès universel à l’énergie», a-t-il soutenu. Et les réalisations dans le secteur de l’énergie sont significatives poursuit le ministre. En effet, selon lui, de 2015 à nos jours, le pays a augmenté sa capacité de production en passant de 325 MW à environ 800 MW, de 18% à 45% de la population qui a accès à l’énergie, de 500 000 à 900 000 abonnés au réseau de la société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL). En milieu rural, 22% de la population a accès à l’énergie contre 3%, il y a 5 ans. Par ailleurs, le Burkina Faso occupe une place de choix dans la sous-région ouest-africaine en matière d’énergie solaire et un potentiel exportateur de cette source d’énergie dans l’espace CEDEAO. C’est pourquoi, le thème de cette édition : «Intégration régionale pour une transition énergétique réussie», interpelle à plus d’un titre.  En effet, selon le ministre, c’est ensemble que les pays africains relèveront le défi énergétique. Et la SEERA se veut le cadre par excellence pour effectuer une analyse approfondie des opportunités de financement des projets sous régionaux dans le domaine de l’énergie.

La Chine invitée d’honneur 

La Chine est l’invitée d’honneur de cette 4e édition. Un choix bien pensé aux dires du ministre de tutelle : «ce pays a fait un bond impressionnant en l’espace de quelques années dans le secteur de l’énergie. Il est aujourd’hui le 1er pays en matière d’installation solaire. Il est donc important pour nous d’apprendre auprès de lui et bénéficier de son expertise. Il nous faut aussi renforcer la collaboration entre nos deux pays dans le secteur », a soutenu le ministre. Et cette collaboration est au beau fixe ajoute ajoute-t-il, en témoigne la centrale de 4 MW offerte par la Chine au Burkina et dont les travaux débuteront bientôt. L’ambassadeur de Chine à Ouagadougou, LI Jian, a, quant à lui, fait savoir que son pays est prêt à soutenir davantage le Burkina Faso d’autant que :«Depuis la reprise de nos relations, la Chine n’a de cesse de se tenir auprès du Burkina Faso pour mener à bien sa lutte de rendre l’énergie accessible à tous et de migrer vers l’énergie verte. Le chemin est encore long et les défis nombreux et Pékin continuera d’épauler Ouagadougou dans ses efforts de production d’énergie. »

Cette 4e édition de la semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique réunit environ 500 experts, des acteurs du privé et du public ainsi que des étudiants.

Partager.

Répondre