fbpx

Mauritanie : 13,8 milliards d’ouguiyas évaporées du trésor public

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La gabegie qui a entaché fortement l’ère Aziz (2009-2019) est loin d’être finie si l’on en croit les dernières révélations de l’Inspection générale portant sur la disparition, au cours des six derniers mois de 2022, de 13,8 milliards d’ouguiyas (37,09 millions USD) «dépensées de manière inappropriée», doux euphémisme pour ne pas parler de détournement de biens publics.

Il s’agirait là, selon l’IGE, du résultat des investigations de 16 des 19 missions d’inspection envoyées dans différentes administrations publiques depuis le rattachement de cet organe de contrôle à la Présidence de la République. Ces missions ont inspecté 180 établissements ou institutions pour s’assurer du respect des bonnes procédures de gestion.

L’inspecteur général, Hacen Ould Zein, présenté comme le «Monsieur propre» sur lequel mise le président Ghazouani pour ne pas tomber dans les mêmes travers que l’administration de son prédécesseur, a déclaré qu’un montant de 2,7 milliards d’ouguiyas est en cours de restitution par des gestionnaires indélicats dont certains (20 personnes) ont été envoyés directement en prison.

Ces détournements sont, pour l’essentiel, des fausses factures (8 milliards d’ouguiyas) dont un montant de 2,4 milliards a été annulé. L’argent perdu pour «erreurs de gestion» s’élève à 3 milliards d’ouguiyas et les responsables impliqués feront face au verdict de la Cour des comptes dont on n’entend parler, généralement, qu’à l’occasion de la remise de son rapport annuel au président de la République.

Partager.

Répondre

Retrouvez nous sur Facebook !