fbpx

Lutte contre le Covid-19 : 165 leaders mondiaux exhortent le G20 à mettre la main à la poche

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Gordon Brown, ancien Premier ministre britannique, et d’autres leaders mondiaux exhortent le G20 à mettre la main à la poche.

Ils exigent la création de la Task Force Exécutive du G20 et la tenue immédiate d’une conférence mondiale des donateurs qui approuverait et coordonnerait un fonds de plusieurs milliards de dollars pour la lutte contre le coronavirus.

Gordon Brown, ancien premier ministre de Grande Bretagne

Gordon Brown, ancien premier ministre de Grande Bretagne

 165 chefs de gouvernement, actuels et précédents, demandent au G20 d’approuver un financement d’urgence de 8 milliards de dollars pour prévenir une deuxième vague de coronavirus.  Pour ces leaders mondiaux, « Les pays les plus pauvres devraient être exemptés du paiement des intérêts de la dette dès aujourd’hui. Une meilleure coordination fiscale au niveau mondial est essentielle pour éviter que la récession ne se transforme en dépression ».

Avertissement

Sans un soutien immédiat, quelque 1,2 million de décès dus au virus covid-19 pourraient survenir dans les pays les plus pauvres d’Afrique et d’Asie, alors que le reste du monde risque de connaître une deuxième vague de propagation de la pandémie.

La course aux vaccins, aux remèdes, aux kits de test, aux ventilateurs et aux équipements de protection pour les professionnels de la santé – selon cette coalition mondiale  – exige une coopération renforcée et une mobilisation mondiale concertée afin d’accroître les ressources.

Un groupe international de 165 personnalités, dont 92 anciens Présidents et Premiers ministres, ainsi que les leaders actuels des secteurs de l’économie et de la santé dans les pays développés et en développement, se sont réunis pour exiger la création de la Task Force Exécutive du G20 et la tenue immédiate d’une conférence mondiale des donateurs qui approuverait et coordonnerait un fonds de plusieurs milliards de dollars pour la lutte contre le coronavirus.

Dans une lettre ouverte adressée aux leaders du G20, le groupe – qui souhaite à la fois accélérer le processus de développement d’un vaccin, de remèdes et de traitements et redynamiser l’économie mondiale – appelle à une collaboration mondiale et à un engagement de financement « bien au-delà de la capacité actuelle de nos institutions internationales existantes ».

 » La crise économique ne sera pas résolue tant que la crise sanitaire ne sera pas surmontée : la crise sanitaire ne se terminera pas simplement par la maîtrise de la maladie dans un seul pays, mais par la mise en place d’une stratégie globale de lutte contre le Covid-19 dans tous les pays « , indique la déclaration des 165 leaders mondiaux.

L’appel porte sur la nécessité de parvenir à un accord dans les quelques jours à venir :

  • 8 milliards de dollars pour accélérer les efforts mondiaux en matière de recherche de vaccins, de traitements et de remèdes ;
  • 35 milliards de dollars pour soutenir les systèmes de santé, allant des ventilateurs aux kits de test et aux équipements de protection pour les professionnels de la santé ;
  • Et 150 milliards de dollars pour les pays en développement afin de lutter contre la crise médicale et économique, d’empêcher une deuxième vague de la maladie de réapparaître dans les pays qui émergent de la première vague. Cela implique la suppression des intérêts sur les dettes des nations les plus pauvres, dont 44 milliards de dollars dus cette année par l’Afrique. Il est également proposé que le FMI émette des ressources supplémentaires de 500 à 600 milliards de dollars sous forme de droits de tirage spéciaux ».

La lettre appelle également à la coordination des stimulus fiscaux pour éviter qu’une récession ne se transforme en dépression.

Tout en saluant le premier communiqué du G20 sur la crise provoquée par le virus Covid-19, les 165 membres du groupe font pression sur le G20 pour accélérer la mise en place d’un plan d’action.

Le groupe déclare : « Tous les systèmes de santé, même les plus sophistiqués et les mieux financés, croulent sous les pressions du virus. Pourtant, si nous ne faisons rien alors que la maladie se propage dans les villes pauvres d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine, qui disposent de peu d’équipements de dépistage, de ventilateurs et de matériel médical, et où il est difficile d’atteindre une certaine distance sociale et même de se laver les mains, la crise Covid-19 persistera et réapparaîtra pour frapper le reste du monde avec de nouvelles vagues qui prolongeront la crise.

« Les chefs d’État et de gouvernement doivent immédiatement s’engager à verser 8 milliards de dollars – comme l’a indiqué le Conseil mondial de surveillance de la préparation aux catastrophes – pour combler les lacunes les plus urgentes en matière de lutte contre la COVID- 19. Cela comprend 1 milliard de dollars cette année pour l’OMS, 3 milliards de dollars pour les vaccins et 2,25 milliards de dollars pour les produits thérapeutiques.

« Au lieu que chaque pays, ou État ou province du pays, soit en compétition pour obtenir une part des ressources disponibles, au risque de voir les prix augmenter rapidement, nous devrions accroître considérablement notre capacité en aidant l’OMS à coordonner la production et l’achat de matériel médical au niveau mondial, telles que les kits de test, les équipements de protection individuelle et la technologie de l’UIT pour répondre pleinement à la demande mondiale. Nous devrons également stocker et distribuer des équipements essentiels. »

« Comme l’a souligné l’OMS, 35 milliards de dollars supplémentaires seront nécessaires pour aider les pays dont les systèmes de santé sont plus faibles et les populations particulièrement vulnérables, notamment en fournissant les matériaux médicaux vitaux, en apportant un soutien accru au personnel de santé national (dont 70% sont des femmes sous-payées dans de nombreux pays) et en renforçant la résilience et la préparation des pays. »

« Selon l’OMS, près de 30% des pays ne disposent pas de plan national de préparation au Covid-19 et seulement la moitié d’entre eux disposent d’un programme national de prévention et de contrôle des infections. Les systèmes de santé des pays à faible revenu auront du mal à faire face à la situation ; même les estimations les plus optimistes de l’Imperial College de Londres suggèrent qu’il y aura 900 000 décès en Asie et 300 000 en Afrique. »

Nous proposons la convocation d’une conférence mondiale des donateurs – dont la tâche serait soutenue par une Task Force Exécutive du G20 – afin de mobiliser les ressources nécessaires pour répondre d’urgence à ces besoins sanitaires mondiaux.”

En ce qui concerne les perspectives économiques mondiales, le groupe propose une série de mesures et de déclarations :

Les gouvernements nationaux ont déployé beaucoup d’efforts pour lutter contre la chute de

leurs économies. Mais un problème économique mondial exige une réponse économique mondiale. L’objectif devrait être d’empêcher qu’une crise de financement ne se transforme en crise de solvabilité et qu’une récession mondiale ne devienne une dépression mondiale. Pour y parvenir, il est nécessaire de mettre en place des initiatives fiscales, monétaires, de banque centrale et antiprotectionnistes plus efficaces et mieux coordonnées. Les ambitieuses mesures de relance budgétaire de certains pays gagneront en efficacité si elles sont complétées par des initiatives communes émanant de tous les pays en mesure de le faire.

« La solution à long terme consiste à repenser radicalement la santé publique mondiale et à remodeler – avec des ressources appropriées – l’architecture sanitaire et financière mondiale. », soulignent-ils. Et d’ajouter : « Les Nations unies, les gouvernements des pays du G20 et les partenaires intéressés doivent travailler ensemble pour coordonner les actions futures. »

Partager.

Répondre