fbpx

Stimuler le commerce pour booster la croissance – Vidéo

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La discussion a porté sur les mesures que pourraient prendre les responsables publics en vue de renforcer la contribution du commerce à la reprise économique, mais aussi de faire en sorte que les échanges aident les pays à atténuer les changements climatiques et à s’y adapter.

Via Banque Mondiale

L’expansion des échanges commerciaux peut faire partie des solutions aux défis mondiaux, lorsqu’elle s’accompagne des bonnes politiques. De fait, le commerce international a permis de limiter l’ampleur de la récession mondiale, ont plaidé le président de la Banque mondiale, David Malpass, et la directrice générale de l’OMC, Ngozi Onkonjo-Iweala, tout en esquissant les mesures que les pays pourraient prendre pour diffuser plus largement les bénéfices du commerce. Premier levier : réduire le coût des échanges dans les pays en développement, alors qu’il revient en moyenne à grever de 114 % les marchandises importées et que les consommateurs en payent le prix fort. En cause, des procédures frontalières inefficaces et de mauvaises infrastructures de transport. Les réformes visant à faciliter les échanges et les investissements dans l’infrastructure pourraient considérablement accroître le commerce intrarégional. La libéralisation des échanges joue un rôle clé dans les aspirations de développement et de croissance du Kenya, a souligné Betty Maina, ministre de l’Industrie, du Commerce et du Développement de l’entreprise.  

David Malpass, Président de la Banque Mondiale et Ngozi Okonjo-Iweala, Directrice générale de l’Organisation Mondiale du Commerce

Et d’affirmer : « Les échanges peuvent être un puissant moteur de croissance, de développement socio-économique et de réduction de la pauvreté, surtout si leur expansion s’opère dans le souci des populations pauvres. » 

L’événement, qui réunissait dirigeants des secteurs public et privé, a permis de débattre de l’importance des investissements dans la logistique et du développement des financements pour le commerce. Avec en ligne de mire deux objectifs : renforcer la contribution du commerce à la reprise économique, mais aussi faire en sorte que les échanges aident les pays en développement à atténuer les changements climatiques et à s’y adapter. 

Partager.

Répondre