Dernières nouvelles
Accueil » Echos éco » Mauritanie : Accord de pêche, Nouakchott cède aux pressions de l’UE

Mauritanie : Accord de pêche, Nouakchott cède aux pressions de l’UE

accords de pecheLe spectre de la crise économique dont on parle de plus en plus en Mauritanie aura-t-elle eu raison, finalement, des « convictions » nationalistes des négociateurs du ministère des pêches avec l’Union européenne ? On peut le croire si la marche arrière du gouvernement mauritanien, sur certains points de l’accord de pêche avec l’UE, se confirme.

C’est surtout au sujet de l’interdiction d’accès aux céphalopodes, dans le cadre du dernier protocole d’accord de partenariat de pêche (2012-2014), que la Mauritanie aurait cédé à la pression européenne.

Des négociations sont en vue entre les deux parties pour formaliser cette nouvelle entente. Il y a comme une sorte de compromis qui verrait la Mauritanie faire une concession sur 3000 tonnes de pêche aux céphalopodes et, côté UE, ne plus exiger de Nouakchott la justification sur l’utilisation de 25 millions d’euros dans le cadre du fonds d’appui sectoriel.

C’est un revirement qui fera sans doute grincer des dents du côté des opérateurs nationaux de la pêche artisanale. Dans leur refus de renouveler l’accord de pêche avec l’UE, en juillet 2014, les autorités mauritaniennes avaient brandi le slogan de la préservation des ressources et l’exclusivité de l’accès au poulpe, déjà surexploité à la pêche artisanale. Un an plus tard, Nouakchott accepte de faire des concessions à la partie européenne, notamment espagnole dont 10 céphalopodiers pourraient avoir le droit d’accès aux céphalopodes (poulpes, calamars…).

Finalement, c’est le besoin d’avoir dans ses caisses la contrepartie financière de 113 millions d’euros obtenue lors des précédentes négociations qui explique ce revirement. Car l’acceptation par les autorités mauritaniennes d’un accès aux céphalopodes se fera également au détriment des recommandations du rapport de la 7ème réunion du Comité Scientifique Conjoint RIM-UE (juin 2014). Le rapport s’appuyant sur les dernières évaluations des stocks fait par le COPACE (Comité des pêches pour l’Atlantique Centre-Est) indique en effet, que les céphalopodes restent surexploités avec un excédent d’effort de 17 à 22%.

Accords de pêche COPACE

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Impulse