fbpx

Mauritanie. Le projet de création d’une compagnie aérienne sous-régionale n’emballe pas les voisins

Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’idée de création d’une compagnie aérienne sous-régionale émane de la Mauritanie qui l’a d’abord bien « vendue» au Mali et Niger. Les trois pays sont même passés à l’action en signant l’acte de naissance de la nouvelle société de transport aérien dénommée «Compagnie Sahel». Mais alors qu’on donnait pour imminent l’envol de cette compagnie sous-régionale, des grains de sable viennent perturber la mécanique. Invité à intégrer cette nouvelle compagnie, le Sénégal ne semble pas très emballé par l’idée. Il a cependant promis d’étudier la question et de donner une réponse au président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, qui s’est empressé, à envoyer un émissaire en la personne de Hassena Ould Ely, Directeur général de la MAI (Mauritania Airlines international), au président Macky Sall, pour l’inviter à intégrer le projet. Toutefois, plusieurs semaines après le voyage de Ould Ely à Dakar, la réponse du Sénégal tarde à venir, ce que certains observateurs avertis interprètent comme un « refus diplomatique», Dakar préférant chercher les voies et moyens de relancer sa propre compagnie aérienne plutôt que de sortir la Mauritanie de l’impasse économique dans laquelle l’a placée Mauritania Airlines International. Aussi que lors de la récente visite du roi Mohamed VI au Mali, Rabat et Bamako ont signé un accord qui prévoit « la multidésignation des entreprises de transport aérien, la libéralisation des droits de trafic de 3ème et de 4ème liberté (sans limitation de fréquences et de module de capacité) et la libéralisation des tarifs. L’accord propose également de libéraliser les tarifs et les points desservis par les entreprises des deux parties, d’exonérer les aéronefs et leurs équipements des droits de douane et taxes et de prendre de nouvelles dispositions liées à la sécurité aérienne, à la sûreté de l’aviation et à la coopération commerciale entre les entreprises de transport aérien des deux pays.

La question qui vient alors à l’esprit est: S’agit-il d’un revirement du Mali, par rapport à l’esprit de la création d’une compagnie aérienne commune avec la Mauritanie et le Niger ? Ou encore: Comment le Mali va concilier entre ses engagements « bilatéraux » et «multilatéraux»

Partager.

Répondre