fbpx

Bourse de Casablanca : Ces entreprises qui ont tiré leur épingle du jeu

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Terrible année 2020 pour l’économie marocaine, et année tout aussi catastrophique pour les valeurs cotées à la bourse de Casablanca. Mais quelques valeurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu.

A deux journées de la fin de l’année, le Morocco all stock index (Masi) affiche un repli de 7,89% par rapport au début de l’année, alors que l’indice des 20 plus fortes capitalisations affiche un repli de 8,19%. Cette mauvaise performance était prévisible compte tenu de l’impact du Covid-19 sur l’ensemble des secteurs de l’économie du fait des mesures sanitaires.
Néanmoins, certaines sociétés cotées ont tiré leur épingle du jeu , parce qu’elles font partie des rares activités à qui la pandémie semble avoir profité. Pas besoin de chercher loin pour savoir qu’une valeur pharmaceutique en cette période de Covid-19 aurait été un excellent placement. Et effectivement, les laboratoires Sothema ont enregistré l’une des meilleures performances de la bourse, en gagnant 23,38% depuis le début de l’année. Mais paradoxalement l’action Prompharm a été très affectée avec un recul de 17,06 sur les 12 mois de l’année. L’activité principale de production de dermocosmétiques y est sans doute pour beaucoup, puisque ce type de produit n’a rien à voir avec le traitement ou la prévention du Covid-19.
Autre action ayant tiré profit du contexte, la minière Managem, l’un des plus gros producteurs d’or en Afrique, avec une forte présence au Soudan, en Côte d’Ivoire et au Gabon. Son action progresse de 34,24% par rapport au début de l’année. Cette évolution est liée notamment au cours de l’or dont l’once a franchi la barre des 2000 dollars cette année, une prouesse qui profite forcément à Managem et, par effet d’entrainement, à sa filiale la Société métallurgique d’Imiter (SMI). Cette dernière est en hausse de 21,88%.

Parmi les actions qui ne se plaignent pas d’une année 2020 difficile, figure notamment le producteur de couscous et pâte alimentaire Dari Couspate en hausse de 13,56%. L’explication est relativement simple, puisque dans la période de confinement, la plupart des ménages ont été obligés de constituer des stocks de produits alimentaires comparables à ceux produits par Dari. Cela a sensiblement tiré la consommation à la hausse.
De même, le secteur des assurances a été l’un des grands gagnants du Covid-19, puisque la limitation des déplacements a été synonyme de forte réduction des accidents et donc des indemnisations. C’est pourquoi, Atlanta s’est retrouvée en cette fin d’année avec une performance de 8,05% et que les courtiers AFMA et AGMA ont gagné respectivement 7,32% et 14,43% depuis le début de l’année.

tinmar 970

En revanche certains secteurs comme celui des banques est totalement sinistré avec des chutes de 20,83% pour Bank Of Africa à 14,68% pour le Crédit du Maroc ou encore
13,83% pour Attijariwafa Bank. Cette sanction du marché boursier s’explique par le fait qu’en dernier ressort c’est toujours le secteur bancaire qui subit la crise à cause des impayés des entreprises et des particuliers. D’ailleurs le secteur du crédit à la consommation également a connu un repli aussi important, notamment avec 35,89% de baisse pour l’action Salafin, ou 15,15% pour Eqdom.

Partager.

Répondre