fbpx

Données personnelles : Bruxelles et Washington trouvent un accord

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Après des mois de négociation au point mort, l’annonce surprise d’un accord de principe entre les Etats-Unis et l’Europe au sujet du transfert transatlantique de données personnelles a surpris plus d’un observateur.

Pour lever le flou juridique qui menaçait l’importation des données européennes par les big techs américaines, les lobbyistes de Facebook et Google demandaient du soutien à la Maison-Blanche depuis des mois, tout en continuant à piocher dans les données européennes. Ce qu’ils ont obtenu, les GAFAM étant considérés par Washington comme un des plus puissants outils du soft power américain.

De deux côtés de l’Atlantique, les gendarmes de la protection des données personnelles se préparaient de plus en plus ouvertement à passer aux sanctions après l’invalidation du précédent accord par la justice européenne. Le précédent accord de transfert de données avait été jugé trop permissif pour garantir le droit à la vie privée des citoyens européens. Les lois américaines autorisent en effet les services secrets à saisir les données quand elles se trouvent aux Etats-Unis, ce qui était inacceptable pour Bruxelles.

Partager.

Répondre