fbpx

Guinée Bissau : Les putschistes retiennent des otages

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Faute d’avoir réussi le coup d’Etat, les militaires bissau-guinéens ont procédé à des arrestations des responsables gouvernementaux dans un geste désespéré de pouvoir les utiliser dans les semaines à venir afin d’obtenir des concessions politiques.

C’est le Président Umaro Sissoco Embalo qui a révélé cette véritable prise d’otage au cours d’une conférence de presse tenue mardi soir au palais présidentiel. Le Président bissau-guinéen a, par ailleurs, affirmé aussi avoir échappé à «plus qu’une tentative de coup d’Etat». «C’est une tentative de tuer le Président de la Guinée Bissau», a-t-il affirmé à la presse.
Juste avant sa rencontre avec les médias, Embalo a annoncé sur les réseaux sociaux qu’il allait bien et que la situation de son pays était «sous contrôle gouvernemental» après la tentative de coup d’Etat ratée. 
La confusion s’était emparée de la capitale Bissau en début d’après-midi lorsque des tirs nourris ont retenti aux alentours du palais présidentiel où se trouvaient en plein conseil des ministres le Président Embalo et les membres du gouvernement. L’Union africaine, la Cédéao et les Nations-Unies ont condamné cette tentative d’interruption de l’ordre constitutionnel.
Inspirés par la succession des coups d’Etat dans la région (Guinée Conakry, Mali, Burkina Faso), l’armée bissau-guinéenne -habituée des coups de force- a cette fois-ci raté sa nième tentative de putsch. De nombreux officiers impliqués dans le trafic de la cocaïne seraient mécontents de l’action menée par le gouvernement pour lutter contre les réseaux criminels de la poudre blanche avec l’appui des Etats-Unis.  

Partager.

Répondre