fbpx

Ukraine : Des milliers d’étudiants maghrébins piégés

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Plus de 10.000 étudiants provenant de pays arabes parmi lesquels de nombreux Marocains et Egyptiens, se sont retrouvés pris au piège du conflit en Ukraine, et leur rapatriement est un casse-tête pour leurs gouvernements.

Les Marocains forment le principal contingent d’étudiants arabes avec les Egyptiens en Ukraine, prisée pour les études de médecine et d’ingénierie.

Au moins 12.000 Marocains dont 8.000 étudiants y résident habituellement. Mais 3.000 sont rentrés récemment par vols spéciaux, selon le ministère des Affaires étrangères.

Pour les 700 à 750 étudiants libanais bloqués en Ukraine contre 1.300 présents avant l’invasion russe, la situation est plus critique. A Beyrouth, les autorités ont dit préparer une évacuation des Libanais en Ukraine ou réfugiés en Pologne et Roumanie par voie aérienne «à une date ultérieure», indique l’AFP.

L’ambassade d’Egypte a recensé 6.000 ressortissants dont plus de la moitié sont des étudiants en majorité inscrits à Kharkiv. Elle affirme coordonner l’évacuation des étudiants égyptiens vers la Roumanie et la Pologne. Le Maroc, la Tunisie et la Libye ont également assuré préparer la sortie de leurs ressortissants vers des pays limitrophes.

La Tunisie, qui ne dispose pas d’ambassade en Ukraine, va envoyer en Pologne et en Roumanie des avions pour rapatrier ses ressortissants qui souhaitent partir parmi les 1.700 vivant en Ukraine, dont 80% d’étudiants.

La Libye a prévu des points de ralliement en Ukraine et des évacuations vers la Slovaquie pour une diaspora estimée à près de 3.000 personnes, selon son ambassade en Ukraine.

L’Algérie, qui compte un millier d’étudiants en Ukraine et est liée à la Russie par des accords militaires, s’est distinguée en n’appelant pas à ses ressortissants à quitter le pays.

 

Partager.

Répondre