fbpx

Burundi/Elections : Sept candidats pour la présidentielle du 20 mai

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Au Burundi, un triple scrutin (présidentiel, législatif et communal) va se tenir  ce mercredi 20 mai 2020. La campagne électorale s’est clôturée ce dimanche 17 mai.

 

Évariste Ndayishimiye, dauphin du président Nkurunzia

Évariste Ndayishimiye, dauphin du président Nkurunzia

En tout, sept candidats pour le fauteuil présidentiel. Il s’agit d’Evariste Ndayishimiye, dauphin du Président sortant Pierre Nkurunziza, Agathon Rwasa aujourd’hui 1er vice-président de l’Assemblée Nationale et candidat du parti du Congrès National pour la liberté (CNL), Gaston Sindimwo, 1er vice-président de la République et candidat du parti Uprona (Union pour le Progrès National), Léonce Ngendakumana pour le compte du parti Sahwanya-Frodebu.

tinmar 970

Parmi les compétiteurs, deux indépendants à savoir Francis Rohero et Dieudonné Nahimana et une seule coalition des partis politiques avec comme candidat Domitien Ndayizeye, ancien Président de la République (2003-2005).

Agathon Rwasa, candidat du Congrès National pour la Liberté (CNL)

Agathon Rwasa, candidat du Congrès National pour la Liberté (CNL)

Lancée le 27 avril, la campagne électorale s’est achevée ce dimanche 17 mai, soit 48 heures avant la tenue du scrutin comme le recommande le code électoral.

 

Des projets de société ‘’prometteurs ‘’

Dans leurs projets de société, différents candidats ont insisté sur le développement du secteur primaire. ‘’D’une agriculture de subsistance à une agriculture orientée vers le marché’’, ont-ils promis. Ces compétiteurs convergent sur le fait que l’agriculture et l’élevage occupent plus de 90% des Burundais, d’où la nécessité de leur modernisation pour permettre aux Burundais de vivre de ces activités.  

Le développement du secteur énergétique a été aussi abordé lors de la campagne. Par exemple, Agathon Rwasa, principal opposant et candidat du CNL compte, dans son projet de société, multiplier les autres sources d’énergies avec un accent particulier aux énergies renouvelables (solaires et éoliennes.) Le désenclavement du pays préoccupe aussi les compétiteurs avec le développement du transport maritime via le lac Tanganyika par exemple.

Gaston Sindimwo, en pleine campagne électorale

Gaston Sindimwo, en pleine campagne électorale

L’éducation, la santé, l’urbanisation, l’amélioration des infrastructures, la villagisation pour désengorger les terres, …sont entre autres sujets abordés lors de la campagne électorale.

De façon globale, le dauphin du chef de l’Etat sortant Pierre Nkurunziza a promis de poursuivre l’œuvre de son parti commencé depuis 2005 dont la gratuité des soins de santé, de l’enseignement, la construction des écoles et infrastructures sanitaires via les travaux communautaires, etc.

Une campagne qui s’est déroulée globalement pacifiquement mis à part quelques incidents surtout entre les militants du parti au pouvoir Cndd-Fdd et ceux du parti CNL, principal challenger. Des blessés, des morts, … ont été enregistrés selon un bilan fait par le ministère de la Securité publique.

Trois scrutins à savoir la présidentielle, celui de députés et des conseillers communaux se tiendront le 20 mai 2020 selon le calendrier électoral.

Pour les sénatoriales, le dépôt des dossiers des candidatures va débuter le 27 mai pour se clôturer le 10 juin, tandis que le scrutin est fixé le 20 juillet 2020.

Mis à part les Burundais de la diaspora qui ne voteront pas suite au coronavirus, plus de 5 millions d’électeurs sont attendus aux différents scrutins de 2020 selon les données de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Et d’après la nouvelle Constitution, le Président de la République aura un mandat de sept ans, renouvelable une seule fois.  

Partager.

Répondre