fbpx

Focus  : Soraya Tamri, cofondatrice de la crèche maternelle Touchatou

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Un peu partout dans le monde, les pros de l’éducation de la petite enfance tracent leur chemin. Des méthodes psychopédagogiques les plus connues au moins connues, l’offre de l’éducation, dite bien bienveillante, fait des émules. Touchatou, crèche maternelle fondée en 2003 à Casablanca, axe son approche pédagogique sur les centres d’intérêt du tout-petit, pour concocter des thèmes d’activité, sur mesure et adaptés à chaque enfant.

Soraya Tamri, l’une de ses deux cofondatrices, explique comment ses équipes procèdent pour mettre en place des activités conformes aux besoins des enfants, en partant des recherches et connaissances sur le développement de l’enfant. Décryptage.

Une pédagogie adaptée aux besoins des tout-petits

 

AFRIMAG : Vous avez cofondé Touchatou, une structure pré-scolaire à mi-chemin entre l’école classique et l’école à la maison, qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans un tel projet ?

Soraya Tamri : Honnêtement c’est parce qu’à l’époque je n’ai pas trouvé d’établissement préscolaire à la hauteur de ce que je voulais pour mes enfants. En plus d’être maman de deux petits enfants j’ai plusieurs métiers à mon actif dont celui de pédagogue.
Une structure qui soit comme une seconde maison pour des petits bouts de choux avec bien évidemment l’ambition de les accompagner et de leur offrir un espace sécurisé, stimulant, épanouissant où ils peuvent expérimenter en toute sécurité leur curiosité débordante, d’où justement le choix de l’appellation Touchatou.
Pour ce faire, je me suis donc intéressée au métier d’éducatrice. Avant de co-créer cette structure, j’ai suivi une formation, fait des stages professionnels notamment en Suisse.

Faut-il comprendre que l’enjeu est crucial donc ce projet n’est pas du tout une sinécure ?

En effet, c’est un secteur très risqué et très difficile à maitriser. Car il s’agit ici de responsabilité d’enfants en bas âge à plusieurs niveaux : physique, psychique et émotionnel.
La sécurité physique implique que tout doit être aux normes, et autorisé par une commission multidisciplinaire assurant ainsi la conformité de l’endroit. C’est un investissement conséquent pour répondre au cahier des charges très strict, exigeant un mobilier spécifique à chaque tranche d’âge, des matériaux répondant aux normes de sécurité, etc. Une école maternelle, de surcroît faite sur mesure comme la nôtre, requiert des compétences spécifiques, notamment pédagogiques. Ce qui induit de facto une masse salariale importante, si on veut bien faire les choses. Notre capacité maximale est de 200 enfants si nous voulons les accueillir dans de bonnes conditions. De fait, notre chiffre d’affaires est techniquement limité à un maximum non dépassable, ce qui rend la gestion d’un tel établissement particulièrement délicate.

Trouvez-vous facilement du personnel qualifié pour répondre aux besoins d’accompagnement de vos élèves ?

Qualifié ne veut pas dire seulement diplômé. Certes les éducatrices ont un savoir, mais nous sommes très regardant sur les valeurs, l’approche avec l’enfant, la capacité à gérer le stress, la disponibilité émotionnelle, la capacité à se remettre en question, être bienveillant en toute circonstance, la conscience qu’elles ont d’elles-mêmes et des autres…. Ce sont des qualités indispensables pour nous.
Etant moi-même coach certifiée et membre fondateur de Maroc Coaching, (actuellement ICF Maroc), j’ai instauré des séances de coaching chaque mercredi en plus des formations de développement personnel. Je peux vous assurer que cela se ressent et se voit sur le personnel de notre établissement et les parents en témoignent souvent.

Comme la plupart des institutions, vous avez subi de plein fouet l’impact de la crise du Covid. Qu’avez-vous mis en place pour assurer une continuité pédagogique avec ce public si particulier ?

Nous avons formé d’urgence notre équipe aux techniques d’utilisation des applications dédiées à la vidéo-conférence et autres usages à distance. Nous avons créé des groupes WhatsApp par classe pour faciliter les partages avec les parents et aussi nous avons utilisé la fonction audio de WhatsApp pour les partages entre les enfants de la même classe. C’était très amusant et si attendrissant… Ils se souhaitaient mutuellement bonne nuit, ou s’encourageaient et se félicitaient pour les travaux accomplis. Pour les plus grands, nous avons créé un emploi du temps en ligne pour chaque classe, avec des liens vers différentes activités à faire en toute autonomie en respectant leur progression pédagogique. Ces activités sont combinées à des vidéos expliquant concrètement le déroulement de l’activité en question.

L’intérêt de ces supports pédagogiques étant que les enfants peuvent les utiliser à volonté et en toute autonomie. Pour les plus petits, l’emploi du temps a été transformé en plusieurs supports : petites vidéos thématiques et interactives, comptines avec mimiques et gestuelles, jeux à réaliser avec des objets de la maison, petit défi journalier à prendre en photo et à publier juste en regardant la vidéo (exemple «mon bonhomme»). Nous avons eu droit à des œuvres d’art très créatives. Il y a eu aussi des ateliers rapides, à faire avec les parents, et chaque soir, avant de dormir, un conte est raconté à 20h pour clore la journée et aider les parents à structurer les rituels de la journée. La collaboration de «La Petite Librairie By Emma», que nous remercions au passage, a été précieuse.

Je vous épargne les détails du travail en back office de l’ensemble de l’équipe, la mobilisation, la réactivité et l’énergie avec lesquelles tout a été déployé en urgence.

eveil enfant prescolaire maroc

Les jeux d’éveil, essentiels au développement de l’enfant

L’éveil dans les premières années de l’enfance est essentiel pour son développement. Avez-vous mis en place une pédagogie particulière ?

Oui en effet. Les approches pédagogiques ont énormément évolué ces dernières années. Étant moi-même pédagogue depuis plus de 20 ans, mon équipe et moi assurons une veille constante sur ce point. En plus de la pédagogie Montessori, nous utilisons la pédagogie différenciée et la méthode Alvarez.
Le mix de ces trois pédagogies nous a permis d’accompagner les spécificités et l’unicité de chaque enfant en respectant son rythme pour l’amener à être outillé au mieux et par la suite avoir toutes les capacités et compétences pour intégrer une structure scolaire digne de ce nom. Nous sommes également très attentifs à ce qui se passe en Finlande, rare pays à mon sens qui a réussi sa transition éducative.
Sa pédagogie s’attache, au-delà du simple savoir, à donner à l’enfant l’envie et la curiosité d’apprendre, l’outiller dans sa propre motivation et sa propre prise en charge et cela se fait dès le préscolaire à un âge très précoce.

Dans les détails, en quoi consiste ce modèle ?

Tous les ateliers sont basés sur l’entraide, la curiosité d’apprendre, la capacité de travailler en groupe, l’autonomie et la bienveillance, la conscience des choix de l’enfant, de ses émotions et de ses besoins et ceux du groupe. Un exemple : nous donnons un collier à un enfant qui va diriger l’atelier. L’éducatrice va expliquer les consignes et c’est l’enfant qui va diriger l’atelier et c’est à tour de rôle. Cela apprend aux enfants à céder le pouvoir à l’autre sans problème.
Car il sait qu’à un moment donné, c’est à lui qu’on va redonner le pouvoir. Un autre exemple sur la gestion de conflit est décliné comme suit : au début de l’année, les enfants vont dessiner ces moments de conflit. Résultat : des dessins ayant pour message «crier», «arracher», «tirer», «jeter», «ne pas partager», mais aussi les situations positives attendues. On en fait des posters, et en cas de conflit réel, l’enfant en charge de la classe ce jour-là, avec l’aide de l’éducattrice, va emmener ses camarades en conflit face aux posters. Ainsi chacun va expliquer la réalité qu’il a vécu, au regard de son dessin, et ainsi le conflit est débattu sereinement en public.

Qu’est-ce que vous proposez aux parents pour assurer la continuité pédagogique à la maison ?

La première chose que nous proposons aux parents, c’est de veiller à leur disponibilité réelle. Ce n’est pas la peine de passer des heures avec l’enfant sans «être réellement présent». Le parent a pour rôle d’accompagner son enfant dans sa façon de réfléchir, sa façon de faire un choix, sa façon de jouer et interagir avec lui. Le recadrer quand il le faut, lui rappeler les règles, les limites et ce qu’il en fait, le tout avec bienveillance et dialogue. Faire aussi des activités en rapport avec la vie de tous les jours, participer à l’élaboration des repas, ranger l’espace de vie, partager et mettre en place le programme du week-end … Certains enfants pensent réellement qu’ils ne sont pas dignes d’être aimés. Investir du temps de qualité avec ses enfants est essentiel pour leur développement cognitif et affectif.

Plus d’infos sur le site officiel : https://touchatou.ma

 

Partager.

Répondre