fbpx

Tunisie : Une rafale d’actions judiciaires contre les islamistes

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La Chambre correctionnelle près le Tribunal de première instance de Tunis, a décidé, mercredi 5 janvier, de déférer devant sa juridiction 19 personnes sur fond de crimes électoraux commis lors de l’élection présidentielle anticipée de 2019.

Parmi elles, figurent le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi et l’ancien président de la République, Moncef Marzouki. C’est par un communiqué du bureau de presse du tribunal relayé par l’Agence de presse officielle tunisienne, Tunis Afrique Presse (TAP) que l’annonce a été faite.

«Cette décision intervient sur fond de crimes électoraux commis lors de la présidentielle anticipée de 2019, dont le recours à la publicité politique, à la publicité illégale via les réseaux sociaux, ainsi que la violation du silence électoral, conformément aux articles 57, 69, 154 et 155 de la loi organique n° 2014-16 du 26 mai 2014, relative aux élections et aux référendums», précise le Tribunal de première instance de Tunis dans son communiqué.

Les 19 personnes poursuivies par la justice tunisienne pour des crimes électoraux sont : Rached Ghannouchi, Moncef Marzouki, Nabil Karoui, Youssef Chahed, Abdelkrim Zbidi, Rabia Ben Amara, Slim Riahi, Safi Saïd, Hamadi Jebali, Hamma Hammami, Salma Elloumi, Mohamed Sghaier Nouri, Néji Jalloul, Hechmi Hamdi, Ilyes Fakhfakh, Mehdi Jomaâ, Mongi Rahoui, Lotfi Mraihi et Saïd Aïdi.

Pour la juridiction, «cette décision fait suite au renvoi par le procureur de la République près la Cour des comptes au ministère public près le Tribunal de première instance de Tunis des faits qui constitueraient des crimes électoraux, conformément aux dispositions de l’article 24 de la loi organique n° 2019-41 du 30 avril 2019, relative à la Cour des comptes».

La Tunisie est en proie à une crise politique aiguë depuis le 25 juillet dernier. À cette date, Kaïs Saïed, avait pris une série de mesures d’exception, portant notamment suspension des travaux du Parlement et levée de l’immunité dont bénéficiaient les députés.

Partager.

Répondre