fbpx

Afrique : La Chine et de l’Inde bousculent la France

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le rapport 2015 du Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN), vient d’être livré. Principal enseignement : les grands pays émergents, comme l’Inde et la Chine, sont les plus offensifs sur le continent tandis que la France perd du terrain.

Xi Jinping accueilli par son homologue tanzanien Jakaya Kikwete

Xi Jinping accueilli par son homologue tanzanien Jakaya Kikwete

Dans son rapport 2015, un baromètre annuel présenté mardi 20 janvier à Paris, la Chine et l’Inde continuent de gagner des parts de marché au détriment des Européens et de la France qui tentent, tant bien que mal, de résister. En constante progression, le commerce sino-africain s’élève à plus de 210 milliards de dollars. La Chine fait partie des quatre premiers fournisseurs dans neuf pays à fort potentiel (Afrique du sud, Algérie, Côte d’Ivoire, Ghana, Kenya, Maroc, Maurice, Nigeria et Sénégal). La percée chinoise est très visible dans le BTP, les produits industriels, les biens d’équipement, les voitures et les tracteurs.

L’Inde marche sur ses traces avec un volume d’échanges avec l’Afrique qui s’élève aujourd’hui à 70 milliards de dollars et devrait dépasser la barre de 100 milliards de dollars en 2015. New Delhi occupe la première place des fournisseurs à Maurice et au Kenya, des partenaires traditionnels où elle continue de glaner des parts de marché. En Afrique du sud, l’Inde est passée devant le Royaume-Uni en 2012 et le Japon en 2013 pour devenir le cinquième fournisseur.

Dans leur conquête commerciale, la Chine et, dans une moindre mesure, l’Inde, bénéficient d’un important soutien public. Les grands contrats chinois, négociés d’Etat à Etat, impliquent automatiquement les entreprises nationales. Pékin utilise aussi les paradis fiscaux : 75% des investissements partent de Hong Kong et d’autres places fiscales avantageuses. Dans le BTP, les groupes chinois, épaulés par la China Exim Bank, raflent les appels d’offres avec des prix de 30% à 40% inférieurs à ses concurrents. En Inde, les opérateurs économiques ont aussi accès aux lignes de crédits de l’Exim Bank, la banque nationale pour le commerce extérieur. En Europe, ces aides liées suscitent un vent de contestation à l’heure où les pays du Vieux continent traversent une passe difficile. Car les Etats membres ont érigé en principe l’aide non liée. Ce qui signifie que l’argent européen peut servir aux entreprises des émergents.

Face à la montée de l’Inde et de la Chine, la France tente de sauver les meubles. Elle reste un partenaire important du continent africain, notamment au Maghreb, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, et augmente ses parts de marché de 13 % au Nigeria, dorénavant première économie continentale. Les exportations françaises sont dominées par les céréales, les véhicules, les produits pharmaceutiques, les machines-outils industrielles et les biens d’équipement électriques. Dans la grande distribution, Carrefour, Auchan et Casino misent sur le Nigeria avec comme concurrent le sud africain Shoprite. Dans l’automobile, Peugeot veut aussi relancer l’assemblage de voitures à Kaduna. Le constructeur pourra ainsi profiter de la nouvelle réglementation nigériane : elle prévoit que chaque voiture assemblée au Nigeria donne le droit d’importer deux véhicules en franchise de droit.

Partager.

Répondre