fbpx

Afrique du Sud : Le vol de cuivre coûte à l’économie près de 3 milliards de dollars (rapport)

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les dommages à l’économie sud-africaine résultant du vol de cuivre sont estimés à plus de 45 milliards de rands par an (2,7 milliards de dollars), révèle un rapport d’une équipe de recherche indépendante, publié lundi 8 août.

Le vol de câbles en cuivre et d’autres métaux dans les infrastructures publiques en Afrique du Sud a paralysé l’alimentation électrique, empêché les trains de fonctionner et endommagé les installations publiques dans de nombreuses régions du pays.

L’industrie de la ferraille, qui pèse plusieurs milliards de rands, pourrait être bouleversée alors que le gouvernement cherche à interdire les transactions en espèces sur la ferraille, ainsi qu’à mettre sur liste noire les revendeurs qui enfreignent la loi et achètent des câbles volés, souligne le rapport.

Pour contrecarrer le phénomène du vol généralisé de câbles en cuivre, le gouvernement a mis en place une série de nouvelles mesures, ainsi qu’une proposition d’interdiction des exportations de ferraille et de déchets métalliques pendant six mois.

Le plan pourrait être sérieusement repoussé par les entreprises de ferraille, les groupes de pression et les partis politiques d’opposition. Ils ont trois semaines pour soumettre leurs commentaires.

Les propositions ont été élaborées après consultation du cluster économique du gouvernement comprenant le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Concurrence, le Trésor national, le Département des Ressources minérales et de l’Energie, la Direction des Entreprises Publiques et le ministère des Transports.

Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Ebrahim Patel, qui a publié les propositions dans la Gazette du gouvernement, a appelé les représentations du public à faire des commentaires sur les mesures proposées dans les 21 jours, avant que les décisions finales ne soient prises.

Le projet de mesures propose une interdiction temporaire d’exportation de six mois sur les déchets ferreux et non ferreux et la ferraille, y compris les câbles en cuivre, ainsi qu’un système de permis pour l’exportation de certains produits métalliques semi-finis.

Il s’agit de la première des trois phases envisagées, avec d’autres actions proposées à l’avenir. Cela comprend un nouveau système d’enregistrement pour les acheteurs et les vendeurs de ferraille dans le but d’améliorer la surveillance et l’application de la loi, ainsi que d’imposer des limites aux ports.

Le système d’enregistrement affecterait également potentiellement les postes frontières utilisés pour le commerce de la ferraille, les modifications de la législation rendant plus difficile le commerce du cuivre et du métal volés.

Les mesures ont été élaborées à la suite de dommages continus aux infrastructures publiques dus au vol de câbles électriques, de pylônes électriques, de voies ferrées, de feux de signalisation et de plaques d’égout.

« Les criminels ciblent les infrastructures publiques dans lesquelles les contribuables ont investi pour étendre la prestation de services aux communautés à travers le pays », a indiqué le rapport.

 

Partager.

Un commentaire

Répondre

Retrouvez nous sur Facebook !