fbpx

Gros dégâts du Covid-19 sur le tourisme en Afrique

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Depuis 2020, le Covid-19 a provoqué un effondrement de l’économie du tourisme. D’après l’OMT (Organisation mondiale du tourisme)qui a publié les premières évaluations le 28 novembre, le tourisme mondial pourrait encore perdre 2 000 milliards de dollars en 2021.

Les arrivées touristiques sur le continent devraient enregistrer une chute vertigineuse de 74% au troisième trimestre 2021 par rapport à 2019. L’Afrique est la troisième région où cette baisse est la plus forte. Elle est devancée par la région de l’Asie et du Pacifique (-95%), et le Moyen-Orient (-81%). Suivent les Amériques avec 60% de baisse des arrivées et l’Europe avec un plongeon de 53%.

Ces baisses importantes sont essentiellement dues à la pandémie de Covid-19 qui a touché 262 millions de personnes dans le monde et fait 5,2 millions de décès. Bien que les arrivées de touristes internationaux aient moins reculé entre janvier et septembre (-20%) par rapport à 2020, qu’au cours des six premiers mois de l’année (-54%), l’OMT estime que «le nombre total d’arrivées reste inférieur de 76 % aux niveaux antérieurs à la pandémie, avec des performances inégales selon les régions du monde».  

Avec 8,6 millions de cas confirmés pour 222301 décès, selon les derniers chiffres d’Africa CDC, l’Afrique est le continent le moins touché par la pandémie, du point de vue sanitaire avec à peine 3,3% des cas recensés dans le monde. Cependant, les restrictions mises en place à l’échelle internationale pour contrer l’avancée de la pandémie ont des répercussions directes sur notamment la Tunisie, le Kenya et la Tanzanie dont l’économie est fortement dépendante de la manne financière touristique. D’après le ministère égyptien du Tourisme, l’Egypte a par exemple perdu plus de 69% de ses revenus touristiques en 2020.

Pour faire face à cette situation, plusieurs pays ont annoncé de nouvelles mesures pour relancer l’activité touristique en se concentrant sur les consommateurs locaux. Le Kenya, la Tanzanie et le Rwanda ont par exemple déjà annoncé des mesures d’incitations telles que des baisses de tarifs ou le réaménagement d’infrastructures existantes, pour inciter les touristes locaux à découvrir les potentialités de leurs pays.

 

 

Partager.

Répondre