fbpx

Huawei, ZTE : les USA interdisent officiellement les équipements télécoms chinois

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La Commission fédérale des communications a interdit, vendredi, la vente de tout nouveau produit sur le sol américain à plusieurs firmes chinoises. Une demi-douzaine d’entreprises chinoises des télécoms bannies des Etats-Unis. Soupçonnés de faire peser une menace sur la sécurité nationale, les équipementiers et fournisseurs de services visés, vendredi 25 novembre, par un décret de la Commission fédérale des communications (FCC) se voient interdire la vente de tout nouveau produit sur le sol américain.

AFP

Ils représenteraient un risque « inacceptable » pour la sécurité nationale américaine : de nouveaux équipements de télécommunication des géants chinois de la « tech », comme Huawei Technologies et ZTE, sont désormais interdits à la vente aux États-Unis.

L’administration Biden a interdit la vente sur le territoire américain de nouveaux équipements de télécommunication par les groupes chinois Huawei Technologies et ZTE en raison d’un « risque inacceptable » pour la sécurité nationale des États-Unis. La commission fédérale des communications (FCC) a annoncé vendredi 25 novembre 2022 avoir définitivement adopté ces nouvelles règles, qui interdisent aussi la vente et l’importation d’équipements fabriqués par les spécialistes chinois de la vidéosurveillance Dahua Technology et Hangzhou Hikvision Digital Technology ainsi que par la compagnie télécoms Hytera Communications.

L’administration Biden a interdit la vente sur le territoire américain de nouveaux équipements de télécommunication par les groupes chinois Huawei Technologies et ZTE en raison d’un « risque inacceptable » pour la sécurité nationale des États-Unis. La commission fédérale des communications (FCC) a annoncé vendredi 25 novembre 2022 avoir définitivement adopté ces nouvelles règles, qui interdisent aussi la vente et l’importation d’équipements fabriqués par les spécialistes chinois de la vidéosurveillance Dahua Technology et Hangzhou Hikvision Digital Technology ainsi que par la compagnie télécoms Hytera Communications.

Méfiance des États-Unis envers les géants chinois de la « tech »

Cette décision est la dernière illustration en date de la méfiance des États-Unis à l’égard des géants chinois de la « tech », dont ils craignent que leurs équipements servent à les espionner. « Ces nouvelles règles représentent une partie importante de nos efforts actuels pour protéger le peuple américain des menaces en termes de sécurité nationale impliquant les télécommunications », a dit la présidente de la FCC, Jessica Rosenworcel, citée dans un communiqué.

Huawei a refusé de s’exprimer sur le sujet. ZTE, Dahua, Hytera et l’ambassade de Chine à Washington n’ont pas répondu dans l’immédiat à une demande de commentaire. Hikvision a assuré dans un communiqué que ses produits ne menaçaient pas la sécurité nationale des États-Unis.

Washington montre régulièrement du doigt Pékin pour le piratage d’entreprises ou d’agences gouvernementales américaines, sur fond de rivalité entre les deux puissances. La Chine dément toujours fermement ces accusations et dit être elle-même victime de cyberattaques de la part des États-Unis. En mai 2022, le Canada avait déjà banni le géant chinois Huawei de son réseau 5G.

 

Partager.

Répondre