fbpx

Jeunes entreprises : Microsoft soutiendra 10.000 startups en Afrique au cours des cinq prochaines années

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Founders Hub de Microsoft sera lancé en Afrique via son Africa Transformation Office. De nouveaux partenariats contribueront à la mise en place d’incubateurs entièrement dédiés aux jeunes entreprises afin de leur permettre l’accès à de nouveaux marchés, à des compétences techniques de pointe et à de nouvelles sources de financement. Un réseau de partenariats composé d’investisseurs en capital-risque sera progressivement constitué et donnera accès à pas moins de 500 millions de dollars de financement potentiel.

Dans le sillage des attributions de son Africa Transformation Office (ATO) qui vient tout récemment d’être créé, Microsoft annonce le lancement de nouvelles initiatives qui visent à soutenir la croissance de près de 10 000 startups africaines et à investir massivement dans le développement de l’écosystème des startups en Afrique au cours des cinq prochaines années.

Les jeunes pousses bénéficieront d’un soutien significatif, selon Microsoft Africa Transformation Office

Lancé il y a quelques semaines par Microsoft, le Founders Hub sera désormais accessible à de nombreuses startups africaines via l’ATO. Le Founders Hub est un centre en libre-service qui fournit aux startups une très large palette de ressources, notamment d’accès à des formations spécifiques, ainsi que de nombreux outils tels que Microsoft Azure et GitHub, et del’assistance aux entreprises. 

En parallèle, Microsoft signera de nouveaux partenariats avec des incubateurs d’entreprises présents à travers toute l’Afrique, et parmi lesquels Grind stone, Green house, Flap Max et Seed stars. Ces derniers permettront à de nombreuses startups d’accéder à de nouveaux marchés, mais aussi à des compétences techniques de pointe et à de nouvelles sources de financement. Ces partenariats permettront aussi aux startups africaines d’accéder à des opportunités commerciales en collaboration avec Microsoft, ainsi qu’à de nouvelles technologies ; grâce au soutien des équipes d’ingénierie et de produits de Microsoft. Afin de permettre à ces startups de se développer encore plus rapidement, Microsoft vient de conclure plusieurs alliances industrielles, ainsi que de nombreux partenariats avec des investisseurs en capital-risque qui seront capables de fournir jusqu’à 500 millions de dollars de financement potentiel. Ce financement proviendra d’un réseau d’investisseurs en capital-risque, qui consacreront une partie de leur soutien financier aux startups africaines du réseau Microsoft.

Microsoft vient déjà d’établir plusieurs partenariats avec des investisseurs clés en capital-risque, parmi lesquels la Banque Misr, Global Venture Capital et Get Funded  Africa. La multinationale a même exprimé son intention de développer de manière exponentielle ce réseau d’investisseurs en capital-risque au cours des cinq prochaines années, et ce dans le but d’augmenter les financements qu’elle octroie aux startups, mais aussi de permettre à ces dernières de passer à l’échelle supérieure et de stimuler davantage la croissance économique de l’Afrique.

Le marché africain des startups est aujourd’hui en plein essor

Microsoft estime que le marché des startups africaines est suffisamment mature pour devenir l’une des pierres angulaires de l’économie numérique du continent et fournir des solutions pertinentes face aux défis sociétaux en Afrique. « Les investissements dans l’écosystème africain des startups se développent à un rythme incroyable. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), il existe aujourd’hui plus de 640 hubs technologiques actifs à travers toute l’Afrique qui contribuent fortement à accélérer l’innovation et à créer de l’emploi, en particulier auprès des jeunes », explique Wael Elkabbany, Directeur Général de Microsoft Africa Transformation Office. « Cependant », souligne Wael Elkabbany, « le marché africain des startups représente encore moins d’un pour cent du total des investissements dans le monde. Il faut donc que cela change. »

 

 

Partager.

Répondre