fbpx

L’après Covid-19 : les pistes de croissance selon le rapport annuel de l’ITFC

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC) vient de publier son rapport annuel sur l’efficacité du développement pour 2020 «Faire face aux perturbations pour mieux reconstruire».

Le rapport met en évidence l’impact du financement du commerce à hauteur de 4,7 milliards de dollars US pour les pays membres de l’OCI pendant la pandémie de Covid-19

La Société islamique internationale de financement du commerce (ITFC), membre du Groupe de la Banque islamique de développement (BID), a publié ce 11 août la 5eme édition de son  Rapport annuel sur l’efficacité du développement intitulé «Accepter les perturbations pour reconstruire en mieux», abordant l’impact perturbateur écrasant que la pandémie de Covid-19 a eu sur le monde. Le rapport souligne comment la pandémie a créé des opportunités qui peuvent être exploitées pour surmonter les défis qu’elle a imposés à chaque marché.

Le rapport annuel sur l’efficacité du développement (ADER) présente l’expertise du développement de l’ITFC en se concentrant sur certains aspects thématiques ou opérationnels de ses interventions. En 2020, l’ITFC a présenté une résilience organisationnelle pour faire face aux perturbations, obtenir des résultats, approuvant 4,7 milliards de dollars US de financement du commerce, y compris au profit de 21 pays membres de l’OCI.  Répondant à l’impact économique sans précédent de la pandémie, l’ITFC a rapidement réagi aux besoins de ses pays membres grâce à un plan de réponse Covid-19 ambitieux et opportun de 850 millions de dollars US pour atténuer l’impact de la pandémie et soutenir les chaînes d’approvisionnement commerciales.

Lire aussi :Entretien avec l’Ingenieur Hani Salem Sonbol, Ceo de l’ITFC

Commentant les réalisations de l’Institution en 2020, l’Ing. Hani Salem Sonbol, PDG de l’ITFC, a déclaré : «Alors que la pandémie se déroulait, l’ITFC a réagi rapidement pour aider les pays membres à répondre à l’urgence de santé publique immédiate et à l’impact social et économique qui en a découlé. La réponse de l’ITFC à la crise visait à aider nos clients à répondre à leurs besoins immédiats pendant l’épidémie et à renforcer leur résilience à long terme aux chocs externes. Le soutien de l’ITFC a été fourni grâce à une approche mixte combinant des facilités de financement du commerce avec des subventions, nous permettant d’étendre le soutien aux clients qui en avaient le plus besoin. »

Construire les bases d’un monde post-Covid-19

La pandémie de Covid-19 a montré à quel point les institutions de financement du développement (IFD) sont critiques en période de crise. La crise sanitaire et économique qui a suivi, provoquée par le Coronavirus, a appelé à des réponses rapides, à grande échelle et sans précédent. L’objectif principal des interventions de l’ITFC en 2020 était de soutenir le redressement des pays membres en restaurant les moyens de subsistance, en renforçant la résilience et en redémarrant la croissance économique.  À l’appui de ces objectifs, l’ITFC a mis un accent particulier sur le soutien aux MPME, le maintien des chaînes de valeur agricoles et le renforcement des capacités pour commencer à relever les défis posés par la pandémie.  De plus, l’ITFC a jeté les bases pour mieux reconstruire dans un monde post-Covid-19.

Une vision inclusive dans l’accompagnement

Un avenir plus inclusif, durable et résilient pour les pays membres de l’OCI peut être réalisé en mettant davantage l’accent sur le dialogue politique, les ODD, la régionalisation et en adoptant les technologies comme outils clés pour un meilleur impact, comme en témoignent certains faits saillants de l’ADER :

  • Santé : en 2020, l’ITFC a déboursé 15 millions de dollars US pour atténuer l’impact sanitaire immédiat de la pandémie. Le financement a permis aux pays membres d’acheter des EPI, des équipements de test et de santé, ainsi que des produits pharmaceutiques pour renforcer leur capacité de réponse. Le financement a profité à des pays membres tels que les Maldives, le Suriname, le Bénin, la Palestine, le Tadjikistan et le Burkina Faso. Dans l’ensemble, environ 62 000 patients, 2 500 agents de santé et 40 établissements médicaux en ont bénéficié ;
  • Sécurité alimentaire : 484 millions de dollars US versés pour les importations de produits alimentaires afin de garantir que plus de 25 millions de ménages dans les pays membres aient accès à une nourriture abordable, sûre et suffisante. 1,1 million de tonnes de blé, 220 000 tonnes de riz et 15 000 tonnes de sucre ont été achetées en Égypte, au Suriname, aux Maldives, au Mali et au Tadjikistan, entre autres pays. 200 millions de dollars US décaissés en faveur d’AfreximBank et utilisés pour acheter 206 611 tonnes de différentes denrées alimentaires (soja, arachide, maïs, graines de sésame) dans 10 pays membres africains. Le financement alimentaire de l’ITFC a augmenté de 15% par rapport à l’année précédente et a bénéficié à plus de 25 millions de ménages dans les pays membres ;
  • Agriculture : Plus de 600 000 agriculteurs ont bénéficié du financement de pré-exportation et d’intrants de l’ITFC, et d’initiatives de renforcement des capacités, d’une valeur totale de 240 millions de dollars US. Le financement de l’agriculture est en constante augmentation depuis 2018, augmentant respectivement de 3% et 13% par rapport aux niveaux de 2019 et 2018. Le financement a bénéficié à plus de 600 000 agriculteurs en Afrique et en Asie. La valeur du coton et de l’arachide exportés vers les marchés internationaux par les clients agricoles de l’ITFC a atteint 360 millions de dollars US ;
  • Énergie : 2,7 milliards de dollars US ont été décaissés pour sécuriser l’approvisionnement en intrants énergétiques dans les pays membres, aidant ainsi plus de 8 millions de foyers à accéder à l’électricité. Les principaux avantages comparatifs de l’ITFC sont sa capacité à mobiliser d’importants montants de financement sur les marchés internationaux pour financer des transactions syndiquées de grande taille et répondre aux besoins des pays membres. 33% du financement de l’énergie a été alloué aux pays membres les moins avancés. En 2020, environ 22% du portefeuille énergétique d’ITFC ont été alloués à l’achat de GNL, le combustible fossile «le plus propre».
  • Secteur privé : 373 millions de dollars US acheminés par 26 banques partenaires vers 7 500 PME. L’ITFC a également intensifié son programme pour les PME d’Afrique de l’Ouest visant à améliorer l’accès au financement pour les PME afin de les soutenir pendant les crises économiques du COVID-19. L’ITFC a lancé des produits de confirmation LC pour aider le secteur privé et les PME des pays membres à se remettre de l’impact du Covid-19. En 2020, le soutien aux MPME est devenu un objectif encore plus important des opérations de l’ITFC, devenant l’un des piliers clés du programme de réponse Covid-19. L’ITFC a approuvé 11 lignes de financement d’une valeur de 133,2 millions de dollars US dans le cadre du SPRP du groupe IsDB pour la pandémie de Covid-19. Rien qu’en 2020, l’ITFC a établi de nouveaux partenariats avec des banques et des institutions financières dans des pays membres tels que le Bangladesh, les Maldives, la Côte d’Ivoire et l’Ouzbékistan. Le nombre total de clients du secteur privé a augmenté de 25% par rapport à l’année dernière. En 2020, l’ITFC a approuvé 80 transactions d’une valeur de 4,7 milliards de dollars US de financement du commerce au profit de 21 pays membres. Les décaissements ont atteint 4,1 milliards de dollars US.

Lire aussi : Covid-19 en Afrique : Le secteur bancaire durement affecté mais…  

Partager.

Répondre