fbpx

MALI : L’AGEFAU vote un budget de plus de 10 milliards FCFA

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les administrateurs de l’AGEFAU (Agence de gestion du fonds d’accès universel) se sont réunis sous la direction du Premier ministre, Moctar Ouane, à l’occasion de la 5ème session du Conseil d’administration pour l’année 2021. 

L’ordre du jour portait sur l’adoption du bilan des états financiers de l’exercice clos le 31 décembre 2019, le rapport du commissaire aux comptes  du même exercice, le compte de gestion 2019, le projet de rapport de gestion 2020 puis le programme d’activités et de budget 2021. 

Le président du Conseil d’administration, le Premier ministre Moctar Ouane a souligné que «l’année 2020 qui aurait dû permettre à l’Agence de conclure des projets de réalisation d’infrastructures, a été marquée par des difficultés conjoncturelles traduites par l’annulation du conseil d’administration». Allusion faite au Covid-19 et la crise institutionnelle qui ont secoué le Mali. 


Le Chef du gouvernement a également présenté aux administrateurs le plan financier. Son exécution au titre de 2020 se présente comme suit : 24,1 milliards FCFA de recettes mobilisées, contre une prévision de 20,7 milliards de FCFA, soit un taux de réalisation de 116 %. Les dépenses se sont élevées à 2,5 milliards de FCFA contre une prévision de 20,7 milliards de FCFA, soit un taux d’exécution de 12%. 

Néanmoins, le projet du budget 2021 a été arrêté en recettes et en dépenses à 12,4 milliards de FCFA, contre 24,1 milliards de FCFA en 2020, soit une diminution de 51,5%. Ce budget, selon Moctar Ouane, s’inscrit dans la continuité des missions dévolues à l’Agence, qui doivent être suivies avec rigueur pour obtenir les résultats escomptés. Le plan 2021 prendra en charge les insuffisances constatées au cours de l’exercice écoulé a-t-il fait savoir. 

Les dites carences concernent les audits organisationnels, techniques, financiers et la mise en œuvre des recommandations qui en découlent, la sélection d’un opérateur pour poursuivre l’accès et/ou le service universel, la poursuite des réalisations des centres d’accès universel, la relecture de l’accord d’établissement et l’étude architecturale d’un nouveau siège.

Partager.

Répondre