fbpx

Maroc/Etat d’urgence sanitaire : Le cri d’alarme des auto-entrepreneurs 

Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’association «Union des auto-entrepreneurs Bidaya» saisit, les pouvoirs publics marocains par rapport aux dernières mesures prises pour le déconfinement progressif. Elle se dit plus que jamais pénalisée.

 

“Nous apprenons avec consternation que le déconfinement sur les zones à forte densité

tinmar 970

humaine mais aussi à forte activité économique est toujours maintenu avec en double peine un couvre-feu qui reste en vigueur”, souligne Zakaria Fahim, Président de l’Union des Auto-entrepreneurs du Maroc. Et d’ajouter : “Beaucoup d’auto-entrepreneurs ont des activités business avec des particuliers, la limitation des déplacements aux motifs

professionnels imposée à toute la zone dite 2 est en totale contradiction avec la logique de

reprise d’activité économique des petits commerces, des commerces de proximité, des

services aux personnes et des artisans.”

Ceci étant, il faut ajouter que depuis le début du confinement, les auto-entrepreneurs exerçant une activité génératrice de

revenu journalier se trouvent impactés par la crise et de ce fait se retrouvent

dans une situation de précarité. 

Ne serait-t-il pas plutôt opportun, rappelle-t-on, que les mesures barrière déjà pratiquées par l’ensemble de la population avec une sanction pour les réfractaires au lieu de pénaliser

toutes celles et ceux qui ont respecté jusque-là les recommandations sanitaires dictées par

le gouvernement.

“Nous profitons de cette occasion pour réitérer notre souhait d’accélérer la mise en place de

la couverture sociale des auto-entrepreneurs et de la loi sur le crowdfunding.

A travers cette lettre ouverte et en ma qualité de président de l’Union des Auto-entrepreneurs je tire la sonnette d’alarme pour attirer votre attention sur la situation socio-économique et psychologique de nos auto-entrepreneurs. Nous souhaitons qu’il y ai une levée de l’obligation de présentation d’une autorisation exceptionnelle de déplacement sans remettre en cause pour l’instant le couvre-feu et la fermeture des lieux de rassemblement”, indique le Président de l’Union des Auto-entrepreneurs. 

 

Partager.

Répondre