fbpx

Maroc : Formation professionnelle : 85% des filières à réformer ou remplacer

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Pour une meilleure adéquation entre les diplômes et l’offre d’emploi, les autorités marocaines entendent réformer les filières de formation professionnelle. Seules 15% des filières actuelles seront maintenues, alors que de grands changements attendent les 85% restants.

Au total, le Maroc ne compte pas moins de de 109 filières de formation, mais la plupart ne correspondent plus parfaitement aux besoins du monde de l’emploi. Résultat : les instituts dédiés à la production des compétences sont accusés de former des chômeurs.

Selon Saaid Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, il est urgent d’agir dans le sens d’une profonde réforme.
On peut identifier trois types de filières qui correspondent à autant d’actions à mener. Il convient de réaménager les filières qui correspondent encore aux besoins mais dont le contenu est plus ou moins en déphasage avec les besoins réels du monde de l’emploi. Cette première partie est composée de 42% des filières actuelles.

tinmar 970

A côté de ces branches de formation à réformer, il y a également toutes celles qui n’ont plus lieu d’être maintenues, parce que ne permettant plus aux lauréats de s’insérer dans la vie professionnelle. Elles représentent 43% des 109 filières actuelles ou 47 types de formation à abandonner pour être remplacés par de nouvelles. Les domaines cibles sont l’intelligence artificielle, le numérique, la santé, l’agriculture, l’artisanat et la pêche maritime où de nouvelles formations seront dimensionnées aux besoins réelles des entreprises.

Enfin, la troisième partie concerne 15% des filières qui sont destinées notamment à être maintenues et dont font partie les filières comme l’automobile, l’aéronautique et l’électronique ou encore les métiers d’outsourcing.

Partager.

Répondre