fbpx

Les multinationales championnes de l’évasion fiscale sur le continent

Pinterest LinkedIn Tumblr +

 

Alors que les pays européens se plaignent de l’énorme évasion fiscale dont se rend coupable Google, ils ont tendance à oublier que leurs entreprises exposent l’Afrique à un préjudice nettement plus important.

Google a réussi par un ingénieux montage juridique à soustraire quelque 75 milliards de dollars aux fiscs des pays européens. Le siège dans le vieux continent installé en Irlande était le principal lieu de facturation, alors que les revenus venaient de pays comme la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie. Du coup, presque pas un rond n’était payé à ces pauvres Etats qui crient à une inacceptable évasion fiscale.

Pourtant, les multinationales issues de ces mêmes pays contribuent à faire perdre aux Etats africains des sommes faramineuses. Leurs pratiques et la surfacturation seraient à l’origine d’un manque à gagner fiscal de l’ordre de 88,6 milliards de dollars par an selon un récent rapport de l’ONG Cradec basée au Cameroun.
En effet, la pratique la plus répandue des multinationales est vendre des services à leur filiales à des coûts exorbitants, de sorte de transférer vers la maison-mère une bonne partie des bénéfices potentiels.
Entre 2015 et 2019, les pays africains ont acheté pour quelque 781 milliards de dollars de services internationaux, ce qui correspond à autant de charges qui viennent en réduction des bénéfices d’entreprises installées sur le continent et donc d’une diminution des impôts qu’auraient dû percevoir les Etats du continent.


 

Partager.

Répondre