fbpx

Tidiane Thiam : Un manitou africain de la finance au Vatican

Pinterest LinkedIn Tumblr +

 

Tidiane Thiam est sans doute l’un des fils du continent les plus courtisés. Après avoir quitté la tête du Crédit Suisse qu’il a remis sur les rails de fort belle manière, il n’a pas tardé à rejoindre le Conseil d’Administration de Kering, avant d’être nommé à la tête du Rwanda Finance Limited. A présent, c’est le Vatican qui vient de le coopter pour renforcer le Conseil pour un capitalisme inclusif.

Selon l’adage nul n’est prophète chez lui, ne s’applique certes pas à Tidiane Thiam qui fut ministre en Côte d’Ivoire avant de conquérir le monde de la finance. Voilà que sa bonne étoile le porte auprès du Pape François, au cœur du Vatican. En effet, il vient d’être coopté dans le Conseil pour un capitalisme inclusif, dans lequel se trouve une vingtaine de sommités du monde des affaires.

Il s’agira, pour eux, de faire en sorte que le monde économique ne soit pas dépourvu de morale afin d’enclencher «un développement humain intégral». C’est en tout cas le souhait du souverain pontife qui en est l’initiateur avec une organisation américaine qui plaide pour une vision vertueuse de l’économie de marché, le Conseil pour un capitalisme inclusif.

tinmar 970

Il s’agit d’investisseurs et de patrons de très grands groupes désignés sous l’appellation de «gardiens» qui doivent être une force de proposition pour que le capitalisme ne se serve plus de l’homme, mais qu’il serve l’humanité. En somme, il faudra faire en sorte que l’argent de l’entreprise rime avec la justice, l’inclusion, mais aussi le développement durable.

A eux vingt, ces dirigeants représentent quelque 10.500 milliards de dollars de patrimoines sous gestion. Chaque année, ils sont appelés à se réunir avec le souverain pontife ainsi que le cardinal ghanéen, Peter Tukson, celui-là même que les rumeurs présentaient comme l’un des deux probables successeurs de Benoît XVI. Ils feront ainsi l’Etat des lieux ainsi que des propositions concrètes pour faire avancer le capitalisme inclusif.

Quoi qu’il en soit, le Pape et le cardinal Tukson sont assez bien entourés pour mener ce projet à terme. En plus de l’ivoirien, Tidiane Thiam, on retrouve dans ce Conseil pour le capitalisme inclusif des gros pontes du monde de l’entreprise, comme le Mexicain Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, l’Italo-Américain Carmine Di Sibio, PDG du géant de l’audit EY, Oliver Bäte, PDG du groupe allemand d’assurances Allianz, l’Indo-Américain Ayay Banga, PDG de Mastercard ou encore Kenneth Frazier, PDG de Merck & Co et premier dirigeant noir-américain d’un laboratoire pharmaceutique.

Partager.

Répondre