Dernières nouvelles
Accueil » Agribusiness » Sénégal : De plus en plus ambitieux à l’export

Sénégal : De plus en plus ambitieux à l’export

Au Sénégal, les exportations de produits agricoles ont généré quelque 380 milliards de FCFA, environ 580,20 millions d’euros, en 2016.

C’est ce que révèle le rapport provisoire de la Revue conjointe du secteur agricole (RCSA) issu de la Direction de l’analyse, de la prévention et des statistiques agricoles du pays. Selon ce document, 1/5 des revenus générés par ces exportations (soit un peu plus de 75 milliards de FCFA) provient des pays de la sous-région, notamment ceux du bloc de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), tandis que le reste a été généré par les expéditions vers les autres parties du monde.

L’arachide a pendant longtemps constitué la première source de devises de l’Etat et de revenus des producteurs sénégalais avant de connaître une chute à la fin des années 1970 et d’être devancée par la pêche, les phosphates et le tourisme dans les exportations sénégalaises. Le maraîchage est devenu aussi un nouveau secteur émergent de l’agriculture sénégalaise. En effet, le pays enregistre en 2016 une production maraîchère près d’un million de tonnes. Ce chiffre, traduit une dynamique positive enclenchée par le pays depuis le milieu des années 80. D’après un rapport de l’Assemblée nationale relatif au budget du ministère de l’Agriculture, la production est passée de 120 000 tonnes en 1986 à près d’un million de tonnes en 2016, tandis que les exportations se sont multipliées par 7.

En octobre dernier également, l’exécutif sénégalais annonçait, qu’il lancerait en partenariat avec la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), un Projet d’examen national de l’export vert (ENEV). Cette feuille de route a pour objectif d’améliorer la performance des filières d’exportation compétitives permettant de créer des retombées sociales et environnementales, et de contribuer à la création de valeur ajoutée agricole. Parmi les principales filières ciblées, figurent la noix de cajou et la mangue qui comptent actuellement pour 2% du total des exportations globales, et fournissent des revenus à plus de 100 000 ménages dans la région de la Casamance au Sud du pays. Elle devrait être présentée, la mi-2018, aux parties prenantes dans les sous-secteurs concernés, et sera financée entre autres par la Banque islamique de développement (BID). Pour rappel, le Sénégal n’exporte qu’entre 12 et 15% de sa production de mangue estimée à environ 100 000 tonnes par an. Par ailleurs, le pays occupe une place mineure dans l’approvisionnement mondial de la noix de cajou avec une production comprise entre 13 000 et 15 000 tonnes principalement exportés vers les unités de transformation industrielle en Inde.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*