fbpx

Burkina Faso : Le Premier ministre présente sa feuille de route

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Albert Ouédraogo, Premier ministre de la transition, a présenté hier, une feuille de route de la transition aux 71 députés de l’Assemblée législative (l’organe législatif de la transition), avec comme axe central, la lutte contre le terrorisme.

«Pour faire face aux difficultés, les forces vives de la Nation, nous ont chargés de conduire un agenda bâti autour de quatre objectifs stratégiques : lutter contre le terrorisme et restaurer l’intégrité du territoire, répondre à la crise humanitaire, refonder l’État et améliorer la gouvernance et, enfin, œuvrer à la réconciliation nationale et la cohésion sociale», a déclaré le Premier ministre face à l’assemblée.

Le Premier ministre burkinabé, se dit déterminé pour «vaincre le péril terroriste et sauvegarder l’intégrité territoriale, en libérant les zones occupées par les groupes terroristes, en y ramenant la sécurité et en assurant la continuité du service public et le développement local».

Il a souligné que pour atteindre cet objectif, le gouvernement déroule des actions visant à renforcer l’efficacité de l’action militaire sur le terrain et à améliorer la collaboration entre les Forces de défense et de sécurité, les Volontaires pour la Défense de la Patrie (ndlr : des milices d’auto-défense formées et équipées par le gouvernement) et les populations.

Sans donner des précisions, le chef du gouvernement a révélé que son pays diversifiera la coopération militaire en l’élargissant à d’autres Etats «afin d’optimiser les atouts spécifiques de chaque partenaire». En lisant entre les lignes, les observateurs voient dans cette déclaration une volonté de la junte burkinabé de faire appel au groupe des mercenaires privés russes Wagner, ce qui pourrait faire voler en éclats toute coopération avec la France et l’Union européenne.

Sur le plan organisationnel, Albert Ouédraogo a soutenu que les départements en charge de la sécurité et de la défense renforcent la coordination des dispositifs de renseignement et de la veille stratégique au sein du commandement. Par ailleurs, le gouvernement continuera de renforcer les effectifs de l’armée à travers des recrutements conséquents.

Abordant la question du dialogue avec les groupes armés terroristes, le Premier ministre a déclaré : «Nous savons tous que sans la complicité de certains de nos concitoyens avec l’entreprise terroriste, ce fléau serait très vite circonscrit». La création de comités locaux de dialogue pour la restauration de la paix «vise à créer les conditions de l’engagement de tous les Burkinabè en faveur d’un retour de nos frères et sœurs en rupture de dialogue avec la Nation».

Il a appelé tous les burkinabé qui ont pris les armes contre leur pays, à les déposer et à revenir «pour que nous puissions poursuivre ensemble, la construction de notre maison commune».

Partager.

Répondre