Dernières nouvelles
Accueil » Economie et entreprise » Cameroun : La dette publique freine 12 000 entreprises

Cameroun : La dette publique freine 12 000 entreprises

 

Le ministre des Finances soutient que 85 milliards de FCFA ont été versés aux entreprises du secteur privé prestataires de l’Etat en 2017.

Entreprises camerounaisesLa dette intérieure est plus importante qu’elle ne parait. Ce qui justifie sa récurrence ces derniers temps dans les sorties gouvernementales du Cameroun. D’abord dans la circulaire du 20 juin 2017, document dans lequel le chef de l’Etat s’appesantit sur la portée de la PME et invite son gouvernement à payer les montants dus à cette catégorie d’entreprises essentielles à la création de richesse dans le pays. Plus tard, le 31 décembre 2017, Paul Biya est encore revenu sur la dette intérieure, invitant une fois de plus son gouvernement à payer des factures dues  aux PME. Sans doute, c’est cette instruction présidentielle qui a influencé les travaux de la 9ème session du Cameroon Business Forum (CBF), plateforme d’échange entre le secteur privé et public qui avait ses travaux à Douala le 12 mars dernier sous le thème: « Financement des Petites et Moyennes Entreprises et développement du tissus industriel camerounais ». « Selon la Caisse autonome d’amortissement, l’encours de la dette intérieure s’élevait à plus de 1000 milliards de FCFA au 31 décembre 2017. La dette intérieure due aux entreprises qui comprend la dette non structurée et la dette structurée non bancaire se situerait à un peu plus de 270 milliards de FCFA. Si on y ajoute, le “reste à payer” qui se situe à plus de 500 milliards de FCFA, l’Etat devrait aux entreprises non bancaires un peu plus de 750 milliards de FCFA », déclare Protais Ayangma, président du mouvement patronal Entreprises du Cameroun (ECAM). Il pousse son analyse plus loin. « Il est indéniable que ces chiffres ont évolué et demandent sans doute confirmation, mais force est de constater leur ampleur et surtout les répercussions négatives qu’ils ont sur la catégorie la plus vulnérable des entreprises à savoir les PME. Pour mieux se rendre compte de l’ampleur de ce montant, on pourrait le mettre en parallèle avec le chiffre d’affaires annuel moyen des entreprises au Cameroun qui a été estimé par l’Institut national de la statistique à l’issue du 2ème recensement général des entreprises à environ 64 millions de F CFA. Ainsi, le stock actuel de la dette publique due aux entreprises est l’équivalent du chiffre d’affaires annuel moyen de près de 12 000 entreprises au Cameroun. La préoccupation liée aux délais de paiement a ainsi pris une ampleur démesurée pour ces entreprises au cours de ces dernières années.»

Louis Paul Motaze, ministre des Finances répond que l’année dernière, l’on n’a pas fait du surplace, 85 milliards de FCFA ont été payés aux PME prestataires de l’Etat. Le secteur forestier a par exemple empoché 26 milliards de FCFA et celui des services, 14 milliards.

 

Solutions

Des patrons du privé esquissent des solutions. Pour eux, en plus de la nécessité d’accélérer le processus de remboursement de la dette due aux PME, il est indispensable de rendre ce processus transparent, les critères de définition de l’ordre de remboursement méritent d’être clarifiés, publiés et suivis, que ceux-ci reposent sur l’antériorité de la dette, son montant ou encore le secteur d’activité de la PME concernée. Un budget mensuel minimum, suggère le secteur privé, devrait être approvisionné pour liquider cette dette dans un horizon raisonnable. « Nous avons proposé que le suivi de la mise en œuvre de la directive présidentielle puisse se faire dans un cadre partenarial où les organisations du secteur privé pourront servir de relais pour rassurer les PME et leur donner la lisibilité nécessaire pour en capitaliser tous les atouts », indique le patron d’ECAM.

Quelques résolutions des derniers travaux du CBF consistent à mettre en place un dispositif  de lutte contre la fraude et la contrebande et à accélérer le processus de règlement de la dette intérieure par l’Etat, etc.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*