fbpx

Chine-Afrique : 254 milliards de dollars d’échanges en 2021, une performance inégalée jusque-là malgré le Covid !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les relations commerciales entre l’Afrique et la Chine ne cessent de se consolider. En témoigne le niveau record atteint des échanges en 2021 malgré la crise sanitaire, soit 254 milliards de dollars en hausse de 35% par rapport à 2020, selon les statistiques douanières chinoises publiées le 26 janvier 2022.

Les exportations chinoises ont grimpé de 29,9% à 148 milliards de dollars, tandis que les ventes de l’Afrique vers Pékin bondissaient de 43,7% à 106 milliards de dollars.  A titre de rappel, les échanges avaient baissé de 11% à 87 milliards de dollars en 2020 par rapport à 2019. 
Ce niveau très élevé en 2021 est dû au rebond économique et surtout à la très forte hausse des prix des matières premières. C’est aussi peut-être dû aux importantes ventes chinoises d’articles médicaux, l’effet crise sanitaire n’y est pas étranger, à l’Afrique.

Les quatre premiers partenaires africains de la Chine

Dans le top quatre des partenaires africains de la Chine se trouvent l’Afrique du Sud en tête avec 54 milliards de dollars en 2021, suivie par le Nigeria (26 milliards de dollars), l’Angola (23 milliards de dollars) et l’Egypte (19 milliards de dollars). Selon Mark Bohlund, chercheur à REDD Intelligence : «l’Afrique a connu une des plus fortes performances commerciales face à la Chine de toutes les régions du monde». Et d’ajouter : cependant, «la croissance des importations chinoises d’Afrique et de ses exportations vers l’Afrique devraient se modérer en 2022 en raison de l’essoufflement de la croissance après le redressement économique de 2021 et moins de soutien de l’envol des prix des matières premières».

Les produits agricoles restent ciblés 

Mais les produits agricoles pourraient être l’exception même si «les efforts chinois de booster ses importations de produits agricoles et d’autres produits d’Afrique devraient prendre du temps avant que d’obtenir des résultats substantiels» Selon Moritz Weigel, directeur-fondateur de l’agence de conseil allemande Chine-Afrique, interrogé par China Morning Post, «les exportations africaines vers la Chine vont continuer à augmenter et à se diversifier en 2022, avec les produits agricoles qui vont gagner en importance ». 
Rappelons que la plupart des exportations chinoises vers l’Afrique portent sur des produits finis alors qu’en sens inverse, ce sont surtout des matières premières et des articles non transformés. Mais le président Xi Jinping s’est engagé à redresser cette situation déséquilibrée et à faire passer à 300 milliards de dollars la valeur des exportations africaines vers la Chine au cours des trois prochaines années. Dans son discours au Forum Chine-Afrique qui s’est tenu en novembre 2021 à Dakar, Xi Jinping a précisé vouloir ouvrir des «voies vertes» pour les exportations agricoles africaines ; dix projets seraient lancés et 500 experts agricoles chinois seraient envoyés en Afrique. En outre, Pékin pourrait mettre sur la table 10 milliards de dollars en crédit commercial pour venir en soutien aux exportations africaines. 
Depuis ces derniers mois, la Chine autorise l’importation du Kenya d’avocats frais et de produits aquatiques alors qu’elle n’acceptait avant que ces produits congelés, ce qui était un frein car nombre d’opérateurs kényans n’avaient pas de chaîne de froid. Le Zimbabwe et la Chine ont aussi signé un accord d’exportation d’agrumes. La Tanzanie a commencé à exporter des graines de soja en Chine en 2020, Pékin voulant réduire sa dépendance en la matière à l’égard des Etats-Unis et du Brésil. D’autres accords sur le thé, le café et les roses ont été signés avec le Kenya, sur le café et les graines de soja avec l’Ethiopie, sur le bœuf avec la Namibie et le Botswana, sur les fruits avec l’Afrique du Sud ou encore sur le café avec le Rwanda. 
L’Afrique de l’Ouest n’est pas en reste même si elle fait moins parler d’elle. La Côte d’Ivoire a signé avec le chinois Tbea en septembre dernier un accord commercial ainsi que la création de silos de stockage de noix de cajou et de céréales. Pour ce faire, La Côte d’Ivoire se dote de silos céréaliers d’une capacité de 30 000 tonnes. En novembre 2021, en marge du Sommet Chine-Afrique, c’était avec le Sénégal que la Chine signait un accord de coopération agricole.

                                                       Avec Commodafrica

Partager.

Répondre