fbpx

Compagnies aériennes : l’ATAF enregistre deux nouveaux membres

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La 128e  Assemblée générale de l’Association de transporteurs aériens francophones (ATAF) s’est tenue le 1er octobre 2022 dans un grand palace de l’Ile Maurice à l’initiative du groupe Rogers et d’Air Mauritius. 
Brussel Airlines et Air Austral membres de l’ATAF. Les détails.

Cette assemblée a été rehaussée par la présence de Louis Stevens Obeegadoo, Premier ministre adjoint de l’Ile Maurice. D’emblée, il faut noter que le gouvernement mauricien a consenti un effort considérable  pour soutenir sa compagnie aérienne, Air Mauritius pendant la longue période de fermeture des frontières liée au Covid. Le transport aérien étant vital pour ce pays de l’océan indien et son économie. D’ailleurs, cet effort a commencé à donner des résultats. En témoigne la reprise de  l’activité touristique et sa santé retrouvée  d’avant la crise.

Brussel Airlines et Air Austral membres de l’ATAF

Outre la validation des comptes, l’Assemblée Générale a surtout été l’occasion de valider l’intégration de Brussel Airlines et Air Austral en tant que membres de l’ATAF, rejoignant ainsi les quelque 19 compagnies aériennes déjà membres.

Un exposé sur l’état actuel du transport aérien post Covid a permis de constater qu’à l’exception de la zone Chine, le trafic touristique avait retrouvé son niveau de 2019. Par contre, le trafic affaires reste encore en retrait.

Trois tables rondes ont ensuite évoqué des sujets d’actualité. La première a abordé le développement du long-courrier sur l’Afrique mettant en évidence les exigences des compagnies africaines francophones à accéder à ce marché, à le partager plus équitablement avec les compagnies européennes et à développer des partenariats avec celles-ci. La deuxième table ronde s’est penchée sur le délicat sujet de l’acquisition et du renouvellement de la flotte des jeunes compagnies. De la discussion entre constructeurs, loueurs et compagnies aériennes est ressortie l’idée maîtresse qu’une homogénéité de flotte et une maîtrise des coûts d’entretien étaient prioritaires dans les choix de leurs avions.

La troisième table ronde a mis en évidence l’exigence d’une démarche responsable pour l’avenir du voyage aérien.

L’Ile Maurice mène une action déterminée pour protéger la faune et la flore marines. La sensibilité croissante à l’impact environnemental des voyages pourrait à terme impacter l’économie touristique mauricienne.

L’ensemble des membres de l’ATAF ont considéré qu’une réflexion et une action plus intégrées entre transporteurs, hôteliers et agences de voyage étaient nécessaires pour conduire une approche du voyage éco-responsable.

Ils soulignent enfin l’important effort du transport aérien pour réduire son empreinte carbone. Ils rappellent l’engagement de tout le secteur exprimé par IATA d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Cet engagement est sans équivalent dans l’ensemble de l’industrie.

C’est d’ailleurs dans cette optique que le Comité exécutif de l’ATAF a décidé d’investir en décarbonation à hauteur de l’empreinte carbone de l’Assemblée générale.

Le développement économique de Maurice épate

En marge de cette rencontre, le Premier ministre adjoint de Maurice n’a pas manqué cette occasion pour communiquer sur les importants efforts déployés par l’état dans la protection de l’environnement, du reboisement et de l’économie d’énergie.

Le Président de l’Association des transporteurs aériens francophones (ATAF), le général Abdoulaye Coulibaly, n’a pas manquer de manifester son admiration pour l’impressionnant développement économique de l’Ile Maurice. Il ne s’est pas trompé d’appréciation car les progrès enregistrés par l’île sont confirmés dans les secteurs économique, financier, technologique… de tous les classements internationaux.

Partager.

Répondre