fbpx

Coopération : Le Kenya et la Tanzanie signent des accords économiques

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La présidente de la République Unie de Tanzanie, Samia Suluhu Hassan, est arrivée au Kenya, ce mardi 4 mai, pour une visite de deux jours. Une occasion de réchauffer les relations.

 

Investie présidente de la Tanzanie, début avril, après le décès soudain de John Magufuli, Samia Suluhu Hassan a été reçue par deux ministres à son arrivée, ce mardi 4 mai, à Nairobi, la capitale kenyane. Après, elle a rencontré le président kényan Uhuru Kenyatta«Au cours de nos discussions, nous avons convenu de la manière de promouvoir le commerce et les investissements entre nous. Nos pays ont beaucoup de potentiel dans l’agriculture, l’industrie, la pêche, l’élevage et le tourisme. Comme nous visons également à promouvoir le commerce et l’investissement, nous avons convenu d’agir sur certaines barrières douanières entre nos frontières. Nous avons convenu de les supprimer», a révélé, à la presse, Samia Suluhu Hassan, présidente de la Tanzanie, à l’issue de leur entretien.

Ainsi, a-t-elle ajouté, des accords économiques ont été signés. Il s’agit en l’occurrence de la signature d’un accord pour le transport de gaz de pétrole liquéfié depuis le port kényan de Mombasa jusqu’à la capitale économique tanzanienne Dar-es-Salaam. Et les deux pays ont accepté d’éliminer les barrières qui entravent la fluidité des échanges et des personnes entre les deux pays d’Afrique de l’Est.

«Ce voyage nous donne l’occasion de renouveler nos relations bilatérales. De notre côté, nous vous assurons que la République du Kenya et mon gouvernement seront les premiers à travailler avec votre administration», s’est réjoui à son tour, Uhuru Kenyatta, le président Kenyan.

Pour rappel, en 2016, feu président John Magufuli, avait refusé de prendre part à plusieurs projets initiés par le Kenya dont un chemin de fer ainsi qu’une route reliant différents pays de la région.

Et quelques disputes ont marqué les années 2017 et 2018 entre le Kenya et la Tanzanie. Et ce, après que la Tanzanie a brûlé vifs plus de 11 mille poussins importés du Kenya.

Il faut noter que parmi les six pays de la Communauté est-africaine (CEA), le Kenya reste le premier investisseur en Tanzanie, et le cinquième plus important sur le continent.

 

 

 

Partager.

Répondre