fbpx

Côte d’Ivoire : La réduction des importations alimentaires au cœur d’un projet agro-industriel

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Abidjan est bénéficiaire de ce projet d’envergure financé à hauteur de 87,6 millions d’euros dont la Banque africaine de développement est partie prenante.

La manne financière est composée de 3 prêts : un premier de 42 millions d’euros de la Banque africaine de développement, un deuxième de 12 millions d’euros du Fonds africain de développement – le guichet de financement concessionnel du Groupe de la Banque – et un troisième prêt de 33,6 millions d’euros, octroyé via l’Africa Growth Together Fund.

Le chef du gouvernement Patrick Achi et Attiogbevi Somado Eklou, chef de la Division agriculture à la direction générale pour l’Afrique de l’Ouest de la BAD ont procédé au lancement officiel du Projet de développement du pôle agro-industriel.

Il va permettre de transformer ce secteur  déterminant de l’économie ivoirienne et stimuler une croissance agricole inclusive, réduisant ainsi la pauvreté et les importations alimentaires du pays.

Les filières concernées sont le riz, le maïs, la mangue, l’anacarde, le karité ainsi que les produits d’origine animale et halieutiques. L’installation d’un hub central viabilisé est prévue en voiries et réseaux divers, électricité avec de l’énergie verte et un éclairage solaire, assainissement, guichet unique, recyclage des déchets.

Enfin, les régions de la Bagoué, du Hambol, du Poro et du Tchologo, qui comptent 2,16 millions d’habitants environ, soit 9,4 % de la population ivoirienne. Selon les prévisions, environ 400 000 personnes devraient directement profiter du Projet de développement du pôle agro-industriel dans la région nord, et voir leurs revenus augmenter.

Partager.

Répondre