Dernières nouvelles
Accueil » Agribusiness » Entretien avec Pierre Heymans, Senior Market Specialist Agro Food Industry de l’Awex

Entretien avec Pierre Heymans, Senior Market Specialist Agro Food Industry de l’Awex

 

Le Maroc se profile de plus en plus comme “the Gateway to Africa”.

 L’Agence wallonne à l’exportation et aux investissements étrangers (Awex) et les entreprises agroalimentaires wallonnes participent à la 13ème édition du Salon international de l’agriculture au Maroc.

Objectif assigné : faire du Maroc et la Wallonie les portes d’entrée  privilégiées vers l’Afrique et l’Europe. Entretien.

 

AFRIMAG : La 13èmeédition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) a pour thème : “Logistique et Marchés Agricoles”. Qu’est-ce que les entreprises d’agrobusiness wallonnes  ont prévu pour cet événement, devenu un rendez-vous important au niveau continental pour ce secteur et les opérateurs qui s’y intéressent ?

Pierre Heymans : L’Awex (Agence wallonne à l’exportation et aux investissements étrangers) a choisi le Maroc comme pays cible en 2018. Plusieurs raisons expliquent ce choix autant économiques, culturelles, que de coopération… Le Maroc est à peine à trois heures d’avion de Bruxelles, on y parle le français et le pays se profile de plus en plus comme « the Gateway to Africa, une porte d’entrée sur l’Afrique ». Au cours des dix  dernières années, la croissance cumulée du Maroc a atteint 75%. Une série d’activités et de séminaires seront donc organisés cette année (certains ont déjà eu lieu) par l’Awex autour du Maroc. Pour la première fois l’Agence wallonne à l’exportation et aux investissements étrangers participera avec un stand collectif au SIAM de Meknès et, surtout, une mission économique princière est prévue au Maroc en novembre 2018. Ces actions devront apporter un soutien particulier aux exportations wallonnes vers ce royaume alors que celles-ci ont connu un accès de faiblesse (-17,1%) au premier semestre 2017.

L’Awex et les entreprises wallonnes participantes souhaitent renforcer les partenariats existants avec les collègues et amis marocains et pourquoi pas faire de nos deux entités géographiques les portes d’entrée privilégiées vers l’Afrique d’une part et vers l’Europe de l’autre.

L’Awex est bien consciente de l’importance croissante (visiteurs et exposants) du SIAM de Meknès et souhaite participer à ce succès.

Quelle est la nature de l’offre, en direction du marché africain, des entreprises wallonnes dans le secteur agroalimentaire ? Et comment abordez-vous le volet logistique ?

Tant pour le Maroc que pour la Wallonie, l’agriculture et l’industrie agroalimentaire sont des filières clé de l’économie. Au Maroc le secteur alimentaire représentait en 2016 plus de 1,62 milliard d’euros, dont 14%  destinés à l’export. Ce chiffre est en constante augmentation. Le secteur agroalimentaire représente une place très importante dans l’industrie, comptant pour 27% de la production industrielle totale du pays. Il contribue à concurrence de 4,0% au produit intérieur brut et connaît une hausse de ses exportations de 12,2% ces dernières années. Il joue un rôle stratégique dans l’économie. C’est comparable pour la Wallonie pour laquelle l’industrie agroalimentaire est le secteur industriel le plus important et dont la production est exportée à plus de 50%.

L’industrie agroalimentaire wallonne s’approvisionne en matières premières localement pour près de 60 % de ses besoins. Une grande différence entre le Maroc et la Wallonie se situe bien sûr au niveau de la surface agricole utile (8.700.000 ha au Maroc contre 720.000 ha seulement en Wallonie) et au niveau de la population active en agriculture (plus de 40% de la population marocaine est rurale alors qu’en Wallonie ce chiffre est de l’ordre de 3% seulement). Les produits agricoles marocains sont soumis à de faibles droits de douane et bénéficient du régime de préférence au sein de l’UE. La production est constituée de céréales, de légumineuses, de cultures sucrières et de fruits et légumes. L’oléiculture, la viticulture et les produits de la pêche sont les secteurs qui ont connu le plus d’investissement ces cinq dernières années. Toutes ces productions peuvent être utilement exploitées par l’industrie agroalimentaire wallonne. La participation de l’Awex au SIAM a pour but d’établir de nouveaux contacts entre nos entreprises réciproques et d’identifier les opportunités de business pour le bien de chacun. En ce qui concerne la logistique, différentes études de consultants spécialisés démontrent que la Wallonie est l’emplacement idéal pour établir un centre de distribution européen. Ces études sont basées sur la facilité d’accès aux réseaux de transport, aux capacités de stockage et de distribution ainsi qu’à la proximité d’un marché important de consommateurs avec un pouvoir d’achat élevé. La région dispose d’infrastructures d’accueil et d’une logistique particulièrement adaptées à l’agroalimentaire (respect de la chaîne du froid, stockage de fruits en atmosphère contrôlée, etc.). De plus des liaisons directes avec les ports d’Anvers et de Rotterdam permettent un dédouanage rapide en dehors des installations portuaires.

L’agriculture est une priorité pour les pays africains. Or la Wallonie dispose des avantages certains à bien de niveaux dans ce secteur. Comment l’AWEX accompagne-t-elle les entreprises et investisseurs wallons intéressés par le marché africain ? 

L’Awex dispose d’une large panoplie d’aides pour soutenir les entreprises wallonnes dans leurs démarches à l’exportation. Sur le site de l’agence (www.awex.be) vous trouverez au moins trente aides différentes. En voici quelques exemples : support financier pour participation à des foires et salons à l’étranger (soit sur un stand collectif, soit de façon individuelle), supports consultance et communication (accompagnements et coaching par des experts reconnus et payés par l’Awex), support pour établir un bureau de représentation hors UE, formations linguistiques, support mobilité hors UE… De plus l’agence dispose d’un réseau de plus de 100 AEC (Attachés Economiques et Commerciaux) localisés à l’étranger et qui sont au service des entreprises wallonnes. Pour le Maroc, il s’agit de Monsieur Takis Kakayannis qui est basé à Casablanca depuis de nombreuses années. Ses coordonnées de contact se trouvent sur le site web de l’Awex. Dans le domaine agricole et agroalimentaire différents types de collaboration peuvent être envisagées entre le Maroc et la Wallonie. Non seulement des flux de productions primaires et de produits transformés axés sur la naturalité, les productions bio et dans le cadre d’un développement durable, mais aussi, des échanges au niveau des nouvelles technologies de contrôle des cultures, de la qualité et de la traçabilité des produits. Toutes ces tendances étant celles qui devraient influencer nos comportements de consommateurs dans les années qui viennent. 

Dans quelle catégorie, les entreprises agricoles wallonnes peuvent-elles être performantes en Afrique ?

En fait le secteur agroalimentaire wallon est un réseau de PME dans lequel on trouve au pas de sa porte les compétences les plus diversifiées, un know how performant et dans lequel chaque entreprise peut facilement construire les partenariats nécessaires à son développement. Ceci s’appliquant également aux collaborations avec les universités et autres centres de formations et/ou de recherche et développement. Quelques secteurs importants : les produits laitiers, la viande (surtout bovine), les boissons et la confiserie, sans oublier celui des ingrédients santé en plein développement. Il existe également un pôle de compétitivité
(le pôle Wagralim) dont le but est d’aider les entreprises wallonnes du secteur dans la réalisation de leurs projets d’entreprises en les mettant notamment en contact avec des entreprises partenaires et des institutions scientifiques dans le cadre de projets labellisés par exemple.  

Awex Pierre Heymans SIAM

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*