fbpx

Impact du Covid-19 : Le Kenya promeut son tourisme local 

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Frappé de plein fouet par la crise économique due au coronavirus, le secteur touristique kenyan, contributeur à 8,8% au PIB du pays va retrouver un nouveau souffle. En effet, les autorités kényanes entendent s’investir davantage dans le tourisme local pour relancer ce poumon de l’économie nationale.

 

Penser localement pour agir globalement

 

Selon des statistiques récentes de la Kenya Association of Travel Agents (KATA), le secteur touristique aura enregistré une hausse de 3.9% de visiteurs en 2019 malgré les attentats terroristes qui ont frappé le pays le 15 janvier 2019. En effet, le pays avait en 2018 enregistré plus de 2 millions de visiteurs et des recettes évaluées à 1,55 milliard de dollars US. Seulement, avec la crise économique engendrée par la crise sanitaire due au Covid-19, ce secteur stratégique est fortement impacté. Pour relancer le secteur, les autorités du pays misent sur le tourisme local et régional.

Najib Balala ministre kenyan du tourisme

Najib Balala, ministre kenyan du tourisme

Pour le ministre kenyan du tourisme, Najib Balala cité par Bloomberg Africa : «Nous ne devons pas être dépendants du tourisme international et devons commencer à investir massivement sur le marché national et régional».


Cette stratégie devrait s’étaler sur deux ans au moins selon le ministre kenyan du tourisme. Plusieurs lignes seront davantage développées et de nouvelles créées. Il s’agit notamment des lignes Nairobi- Mombasa, Nairobi- Eldoret ou encore Nairobi- Nakuru. Les pays regorge d’importants sites et attractions touristiques tels que les parcs nationaux au nombre de 60, le Mont Kilimandjaro ou encore les migrations de gnous dans le Masaï Mara considérées comme étant la septième merveille du monde.

Le secteur du tourisme est le troisième pourvoyeur de devises étrangères du pays après les transferts de fonds de la diaspora kenyane et l’agriculture. En 2018, les Chinois représentaient 4% des touristes, les Américains 11%, les Britanniques 9% et les Indiens 6% selon les statistiques de la KATA. Avec la suspension des vols internationaux, le secteur touristique a été très rapidement impacté.

Partager.

Répondre