fbpx

Interconnexion électrique : L’UE apporte un soutien de plus de 300 millions d’euros à la Guinée. 

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le gouvernement du Pr. Alpha Condé vient d’avoir un soutien de l’Europe pour la construction d’une nouvelle ligne électrique de 225 KV partant de la Guinée au Mali afin d’approvisionner leur espace commun. 

La Banque européenne d’investissement (BEI) vise à travers ce projet d’interconnexion entre les centrales hydroélectriques de la Guinée et du Mali l’accès à des millions de personnes, en Afrique de l’Ouest, d’avoir de l’énergie propre et abordable. A cet effet, 300 millions d’euros ont été accordés par la BEI pour le projet d’interconnexion Guinée-Mali (PIEGM) accompagné d’une subvention de 30 millions d’euros de l’Union européenne. Au nom du Président de la Guinée, le ministre de l’Economie Mamadi Camara, a remercié l’Europe pour le financement d’un projet de très grande envergure qui permettra de fournir de l’énergie renouvelable aux communautés urbaines et rurales éloignées. Au sujet des réalisations de la Guinée dans ce secteur, il dévoilera la construction des barrages hydroélectriques de Kaléta (240 MW), mis en service en 2015, et de Souapiti (450 MW), en cours d’achèvement, afin d’améliorer l’accès à l’énergie des ménages, en portant le taux d’électrification à plus de 80 % à l’horizon 2025. 

A noter que la nouvelle ligne de transport de 225 KV d’une longueur de 340 km, traversera la Guinée via les postes électriques de Linsan ( Foutah Djallon) et de Fomi ( Mandingue), et reliera les centrales hydroélectriques de Kaléta et Souapiti, d’une puissance totale de 690 MW. C’est alors que les liaisons de transport à longue distance également financées prendront forme vers le Mali, le Sénégal et la Gambie puis en Côte d’Ivoire, au Liberia et en Sierra Leone. 

Au cours des dix dernières années, la Banque européenne d’investissement a alloué plus de 5,3 milliards d’euros aux investissements dans le secteur de l’énergie en Afrique, notamment pour la production d’électricité propre, la distribution d’énergie et les énergies renouvelables hors réseau. En 2020, elle a accordé 4,7 milliards d’euros pour de nouveaux investissements dans l’ensemble de l’Afrique, dont 71 % dans des régions fragiles et vulnérables. 

Partager.

Répondre