fbpx

L’Afrique et la dette cachée de la Chine

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La Chine est l’une des plus grandes nations créancières du monde. Ses prêts aux pays à revenu faible ou intermédiaire ont triplé au cours de la dernière décennie, pour atteindre 170 milliards de dollars à la fin de 2020.

Les pays redevables à Pékin sont éparpillés aux quatre coins du monde mais l’Afrique subsaharienne est, à ce jour, la zone cible de ces flux financiers qui pèsent sur la tête des Etats comme une épée de Damoclès. 
Selon AidData, un laboratoire de recherche et d’innovation situé au College of William & Mary qui vise à rendre le financement du développement «plus transparent, responsable et efficace», plus de 40 pays à revenu faible ou intermédiaire ont une dette envers les prêteurs chinois représentant plus de 10 % de la taille de leur production économique annuelle (PIB) en raison de cette «dette cachée». Djibouti, le Laos, la Zambie et le Kirghizstan ont des dettes envers la Chine équivalant à au moins 20 % de leur PIB annuel.

Une grande partie de la dette envers la Chine est liée à de grands projets d’infrastructure tels que des routes, des chemins de fer et des ports, ainsi qu’à l’industrie minière et énergétique, dans le cadre de l’initiative «Belt and Road» du président Xi Jinping.

Partager.

Répondre